• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris : forte mobilisation des jeunes pour la première Grève mondiale pour le futur

Les collégiens et lycéens ont été particulièrement créatifs dans leurs pancartes pour cette première "Grève mondiale pour le futur". / © France3 IDF/France Montagne
Les collégiens et lycéens ont été particulièrement créatifs dans leurs pancartes pour cette première "Grève mondiale pour le futur". / © France3 IDF/France Montagne

Du Panthéon aux Invalides, entre 29.000 et 40.000 collégiens, lycéens et étudiants ont marché pour sensibiliser à la question climatique.

Par France Montagne et Loïc Blache (avec AFP)

Le rendez-vous était donné à 13h devant le Panthéon. Pour cette première "Grève mondiale pour le futur", les jeunes ont particulièrement répondu à l'appel à Paris : entre 29.000 (police) et 40.000 (organisateurs) manifestants ont marché ce vendredi après-midi jusqu'aux Invalides.
 

Des manifestants très jeunes : principalement des collégiens et des lycéens -parmi lesquels plusieurs ont fait l'école buissonière-, mais aussi des étudiants. Des jeunes particulièrement concernés par la question climatique, à en juger notamment par l'originalité des pancartes qui ont émaillé le cortège : "Chauffe mon clito, pas le climat", "Vous niquez ma mer" ou encore "Moins de degrés, sauf dans la bière".
 

"On est la nouvelle génération, c'est à nous d'agir maintenant !" Milena, collégienne de 13 ans scolarisée dans le 5e arrondissement de Paris, a demandé à sa mère de pouvoir venir manifester. "On est en train de causer notre perte. Puisque nos parents n'ont pas fait [quelque chose pour le climat, ndlr], on manifeste pour que ça change !"
 
 

"Mi-février, il faisait 15°, on était en T-shirt, c'était choquant"

"Le réchauffement climatique est une réalité et ce sont les jeunes qui doivent s'exprimer en premier lieu", enchaîne Mahaut, 20 ans, étudiante ingénieure agronome à Agro Paris Tech. "Il y a trois semaines, on était au milieu du mois de février, il faisait 15° et on était tous en T-shirt ! Ce n'est pas normal et c'est ça que je trouve choquant", complète sa camarade Elsa, 20 ans également.
 

Et ce ne sont pas que des mots. Chacun des jeunes manifestants que nous avons interrogé met déjà en oeuvre des actions à son échelle ou tente de modifier son comportement. "Au quotidien, j'essaie de manger moins de viande, de limiter les consommations et les emballages, de manger des fruits de saison...", détaille Oussama, 24 ans, étudiant en biologie à Jussieu. "À mon niveau, je fais plusieurs actions : 'harceler' mes amis pour qu'ils limitent les emballages, modifier mon alimentation, faire les fins de marchés...", complète Sarah, une étudiante en psychologie à Bruxelles qui a fait le déplacement spécialement jusqu'à Paris.
 

Il n'y a pas "que" des jeunes.
La preuve. Yazid Arifi, encadre des élèves à l'école démoncratique de Paris dans le 19ème arrondissement de Paris.
Comme bon nombre de jeunes manifestants, lui aussi "a séché l'école, en solidarité ".
 

Non seulement, j'ai séché les cours, mais nous avons fermé l'école ! Nous avons pris une décision démocratique en faveur de la fermeture de l'école pour venir se mobiliser avec les jeunes générations.

 

La tête du cortège est arrivée vers 15h aux Invalides. Dans le cortège on repérait des scouts, des membres de syndicats étudiants, un panneau "gilets jaunes Paris 20e". Des slogans anti-capitalistes fusaient entre les désormais classiques "Et un, et deux, et trois degrés, c'est un crime contre l'humanité" ou "Rejoignez-nous, ne nous regardez pas". Du côté des organisateurs, on se dit "plus que contents".
 

"Maintenant qu'on est là, on va rester présent tous les vendredis pour réclamer des actes forts", poursuit Julien Delohen, le secrétaire général de l'UNL-SD, un syndicat lycéen. "On appelle à des vendredis verts et des jeudis jaunes toutes les semaines. Une fois que la jeunesse est mise en mouvement, plus rien ne peut l'arrêter !"
 

A lire aussi

Sur le même sujet

projet d'enterrements le dimanche à Paris

Les + Lus

Les + Partagés