Paris – Indignation après une agression transphobe en marge d'une manifestation place de la République

Une agression transphobe a eu lieu place de la République en marge d'une manifestation anti-Bouteflika (illustration). / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Une agression transphobe a eu lieu place de la République en marge d'une manifestation anti-Bouteflika (illustration). / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Une vidéo relayée par SOS Homophobie montrant une personne transgenre agressée a provoqué l'indignation. La victime a été malmenée en marge d'une manifestation anti-Bouteflika place de la République, dimanche 31 mars.

Par Marc Taubert

Les faits se sont produits place de la République à Paris, en pleine journée. Une personne transgenre, qui sortait d'une station de métro a été prise à partie puis agressée par plusieurs individus en marge d'une manifestation anti-Bouteflika en Algérie, dimanche 31 mars.
Sur la vidéo relayée par SOS Homophobie, on voit un homme d'abord passer vigoureusement sa main dans les cheveux de la victime. Après un échange verbal entre les deux, elle le rejoint et se fait violemment frapper par le même homme et un autre qui se trouvait à proximité. Elle est finalement exfiltrée par des agents de sûreté de la RATP.

Une enquête ouverte

Selon Lyes Alouane, militant et délégué Ile-de-France de Stop Homophobie contacté par franceinfo, "l'auteur de la vidéo m'a raconté qu'un jeune a craché sur cette femme transgenre. Elle s’est approchée pour avoir des explications et c'est là qu'elle s'est fait frapper. Elle a été humiliée""Le groupe d’hommes chante en arabe", explique aussi Lyes Alouane. "Les paroles de cette chanson signifient 'Tu es une friandise', 'tiens voilà le gâteau ou le bonbon, le chocolat'. Cela la réduit à un objet sexuel."

Une enquête pour "violences aggravées par la circonstance qu'elles ont été commises à raison de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre" a été ouverte, a appris franceinfo.
 

Vague d'indignations

Cette vidéo a provoqué une vague d'indignation sur les réseaux sociaux. La maire de Paris, Anne Hidalgo, s'est dite : "Indignée par cette agression transphobe, que je condamne avec la plus grande fermeté." "Je tiens à assurer la victime de tout mon soutien. Les coupables de cet acte intolérable doivent être identifiés et poursuivis."
La secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes et de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, a elle aussi réagi : "Les LGBT+ phobies ne sont pas des opinions mais de la bêtise et de la haine. Elles agressent et tuent."

A lire aussi

Sur le même sujet

Les villes franciliennes dévoilent leurs œuvres d'art

Les + Lus