• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris : des jeunes dévissent un portrait d’Emmanuel Macron contre le « vide » de sa politique écologique

Le portrait d’Emmanuel Macron « réquisitionné » par des militants écologistes, dans la mairie du 19e arrondissement de Paris. / © ALAIN JOCARD / AFP
Le portrait d’Emmanuel Macron « réquisitionné » par des militants écologistes, dans la mairie du 19e arrondissement de Paris. / © ALAIN JOCARD / AFP

Un peu plus d’une centaine de jeunes militants ont décroché ce vendredi le portrait officiel du président de la République, jusqu’ici affiché dans la mairie du 19e. Une militante nous raconte cette action symbolique, menée contre l’« absence de politique écologique ».

Par PDB

Le traditionnel portrait du président, jusqu’ici affiché à deux pas de l'escalier central, a disparu de la mairie du 19e arrondissement de Paris. Un groupe de 135 jeunes militants, issus notamment de Youth For Climate, vient en effet ce vendredi de décrocher le cadre et la photographie officielle.

Un décrochage symbolique : ces défenseurs de l’environnement réclament au gouvernement une politique d'action contre le réchauffement climatique et demandent – entre autres – la sortie des énergies fossiles. Sur leurs banderoles, on pouvait par exemple lire « Catastrophe écologique, déni politique » ou « L'écologie n'est pas un argument de campagne ».

« On ne veut pas de belles paroles »

« On a décroché un portrait d'Emmanuel Macron, lui décroche de l’objectif des 1,5 degré, explique Sixtine Dano, qui a participé à l'initiative. On crée un vide dans la mairie, contre son absence de politique écologique. On ne veut pas de belles paroles, pas de beaux discours, mais des actes concrets, immédiats. »

« Tout s’est passé hyper calmement, dans la bonne humeur, raconte la militante. Vu notre nombre, les vigiles nous ont laissé entrer, ils n’ont pas essayé de bloquer. » A l’intérieur de la mairie, deux jeunes entourés de leurs camarades se sont tout simplement faits la courte échelle pour dévisser le portrait, à l’aide d’un tournevis.
 

Une action menée « dans la bonne humeur »

Cette manifestation un peu particulière s’est terminée tout aussi tranquillement. Le groupe est en effet sorti sans intervention ni même apparition de la police, pour rejoindre le cortège parisien de la grève mondiale pour le climat. Il n’est ceci dit pas exclu que certains militants soient convoqués ces prochains jours.
L’action suit un appel des associations ANV-COP21 et Alternatiba, à l’origine déjà d’une quarantaine de décrochages en France.

« Il va y en avoir encore beaucoup », prévient Sixtine Dano. L’objectif est fixé à 125 portraits d’ici la tenue du G7, du 24 au 26 août à Biarritz.

 

Sur le même sujet

Au sud de Paris, la ligne 14 doit relier les Olympiades à l'aéroport d'Orly avant les Jeux Olympiques

Les + Lus