• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris - Uber lance son service de vélopartage et de trottinettes Jump ce jeudi

Le service de vélos et trottinettes en free floating Jump est lancé à Paris à partir du jeudi 11 avril. / © Jump
Le service de vélos et trottinettes en free floating Jump est lancé à Paris à partir du jeudi 11 avril. / © Jump

Uber a choisi la date du 11 avril pour se partir à l'assaut du très concurrentiel marché parisien du vélopartage et de location de trottinette électrique. 500 engins de chaque seront déployés dans la ville.

Par France 3 Paris - Île-de-France

Les espoirs d'Uber vont-ils être récompensés ? Après avoir racheté la start-up Jump, l'entreprise américaine entend déployer les vélos rouges dans les grandes villes d'Europe avec Paris comme essai grandeur nature.
Uber avait déjà annoncé le lancement de son service de location de vélos et trottinettes en freefloating pour le printemps 2019. La date précise a été annoncée (au dernier moment) : ce jeudi 11 avril.
 

Dans Paris intra-muros

500 vélos électriques (de 32 kg) et le même nombre de trottinettes électriques vont être déployés dans la nuit dans Paris dans la nuit du mercredi pour être disponibles jeudi. Le tarif annoncé est de 15 centimes la minute (soit 4,5 euros la demi-heure) ainsi qu'1 euro pour déverrouiller l'engin (frais offerts pendant 3 semaines). Contrairement à certains de ses concurrents, vélos et trottinettes rouges seront disponibles aussi la nuit.
En revanche, ils ne seront disponibles que dans Paris, dans un premier temps, avant d'étendre le dispositif. Uber espère aussi déployer ses vélos et trottinettes dans d'autres villes françaises où elle est présente. 
Les vélos Jump seront tous à assistance électrique. / © Jump
Les vélos Jump seront tous à assistance électrique. / © Jump


Concurrence exacerbée

Gobee.bike, Ofo, Oribiky, Lime ou Vélib' : de nombreuses entreprises se sont lancées à Paris avec plus ou moins de succès.
Dans un entretien accordé aux Échos en mars, Ryan Rzepecki, PDG de Jump, espère malgré tout prendre des parts de marché à Vélib' qui possède l'essentiel des parts de marché dans la capitale : "Nos vélos, par exemple, seront tous à assistance électrique, ce qui n'est pas le cas des Vélib'. Et notre fonctionnement sans station, grâce au GPS intégré, donne plus de liberté dans les déplacements."
L'entreprise américaine possède en tout cas un atout de taille : la force de frappe de l'application Uber qui facilitera la conquête de nouveaux clients.

A lire aussi

Sur le même sujet

Yvelines : après la fuite d’hydrocarbures, Total organise la dépollution des champs à Autouillet

Les + Lus