Le reportage TV sur le terrain : des collégiens en "classe medias" se confrontent à l'exercice

Comment fabrique-t-on un reportage pour la télévision ? Depuis vendredi, des élèves de 4e d'un établissement parisien sont initiés au reportage télévisuel. Ils ont découvert les principes de base. Ce mardi, c'est au tour du tournage. Mercredi, ils attaquent le montage.
Les collégiens en tournage dans les sous-sols de l'ancien de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul
Les collégiens en tournage dans les sous-sols de l'ancien de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul © F3/EB
Ils sont cinq : Esther, Lucie, Minh, Alban et Tom rassemblés dans une salle de leur collège. Avec leur professeur de Français et la documentaliste de l'établissement, ces collégiens de 4e participent à la "classe medias", une initiation de deux heures par semaine pour découvrir le fonctionnement des médias et la fabrique de l'info.

Minh explique qu'elle a toujours aimé jouer aux journalistes et que la perspective de faire des reportages l'a persuadée de suivre cette option. "J'ai commencé à m'intéresser aux médias en début de cinquième et c'était pour moi une opportunité d'en savoir plus sur le journalisme. Par exemple j'avais envie d'être capable de démêler le vrai du faux, de repérer les fake news". C'est cette même curiosité qui a guidé Lucie : "Je me posais beaucoup de questions sur le métier de journaliste et c'était l'occasion d'avoir des réponses".

Ce mardi, l'objectif est de tourner un reportage télé sur un collectif de designers qui propose de transformer des déchets en œuvre d'art.
 
© F3

Direction le site des Grands Voisins, installé dans les anciens bâtiments de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul, dans le 14e arrondissement. Ce lieu héberge jusqu'en juin l'équipe de Stu-Dio, récemment lauréate du label "fabriqué à Paris". Un téléphone en main, ils vont expérimenter sur le terrain l'interview et la prise d'images.

Dans les sous-sols de l'ancien hôpital, les collégiens rencontrent trois designers qui travaillent sur un concept de recyclage. Ils créent de la vaisselle avec des déchets. "Pour nous, un déchet c'est quelque chose qui n'a plus d'utilité, alors lorsque l'on lui trouve une utilité, ce n'est plus un déchet". "C'est à partir de cette idée que nous avons travaillé" raconte Lucas Dauvergne, l'un des fondateurs de cette équipe. "Le papier, la terre (celle du chantier tout proche) ou encore le marc de café du resto voisin, sont des matières que l'on réutilise pour fabriquer nos bols et nos assiettes". Les élèves écoutent attentivement. Les uns filment. Les autres interrogent les intervenants sur leur travail.

"Pourquoi, avez-vous décidé de travailler à partir de déchets ?" demande Lucie : "Produire du neuf, n'a plus de sens, nous avons besoin d'exprimer notre puissance créative mais nous devons le faire en respectant la planète" explique Lucas aux apprentis journalistes.

Après la théorie, la pratique

Dans l'atelier de l'équipe de Stu-Dio, les designers présentent leurs réalisations aux enfants. Nela Mariani, récupère des boites d'œufs, les mouillent et en fait une pate qu'elle façonnera pour réaliser des objets du quotidien : des lampes, des bols...

Esther, 13 ans est épatée : "Je ne pensais pas que l'on pouvait récupérer des déchets et les réutiliser pour en faire de la vaisselle. C'est hyper intéressant. J'adore ça". Elle pense que cela va changer son rapport aux objets. "Maintenant je vais regarder autrement les déchets. Je ne vais pas m'en séparer sans me demander ce que je peux faire avec". Le tournage aussi l'a emballée "J'aime bien filmer, poser des questions, apprendre. Ici, on est vraiment sur le terrain et on découvre beaucoup de choses".

Tom ne regrette pas non plus son choix : "Je me suis inscrit à la classe medias, parce que je regardais la télé, je lisais un peu les journaux". "Cette année dans l'option media, on va voir la presse radio, la presse TV et la presse écrite et ça m'intéresse d'en savoir plus pour peut-être en faire mon métier, plus tard". Une chose l'a surpris "J'ai découvert que les journalistes n'apprenaient pas leurs questions par cœur", cela se fait de façon plus naturelle, en fonction de ce qui peut intéresser le téléspectateur."

Près de deux heures se sont écoulées. Ils ont tous le sentiment d'avoir progressé : "On apprend comment filmer, où se placer. J'ai découvert qu'on pouvait filmer les gens en gros plan" s'étonne Lucie. Le recyclage des déchets, un thème qui leur tient tous a cœur est aussi un sujet qui a leur a permis de réfléchir. "Le recyclage ce n'est pas juste poser un bout de carton dans la poubelle jaune, il faut penser qu'il peut y avoir autre chose après" rappelle Alban.
 Cette initiation aux médias a été animée par un journaliste de France 3 Île-de-France dans le cadre de la semaine de l'éducation de France TV.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
semaine de la presse et des médias à l'école économie médias éducation société éducation aux médias