Les réserves de sang au plus bas, une situation pas vue depuis 10 ans

La collecte de sang est fortement impactée par la crise sanitaire car elle s'appuie essentiellement sur la collecte mobile qui se déplace, en temps normal, auprès des entreprises ou des universités.

Il faut 1 700 dons par jour pour couvrir les besoins des hôpitaux en Île-de-France.
Il faut 1 700 dons par jour pour couvrir les besoins des hôpitaux en Île-de-France. © France 3 Paris Ile-de-France
Les appels aux dons n'y ont rien fait : les stocks sont au plus bas. À la maison du don de Cabanel dans le XVe arrondissement de Paris, il ne reste plus que 13 jours de réserve, ce qui est particulièrement peu.

"En priorité, nous avons besoin de donneurs de sang, quelques soient les groupes mais surtout les O, B et A négatifs. Quand ils arrivent sur les sites, en fonction des besoins du jour, on les oriente vers un type de don particulier", explique le Dr Geneviève Woimant, Médecin responsable du lieu.

"Aujourd’hui le compte n’y est pas dans un contexte où la reprise de l’activité hospitalière est très soutenue : nous délivrons plus que ce que nous collectons et les réserves baissent. Elles ont atteint ce matin le seuil des 82 000 poches de globules rouges en réserve, niveau jamais atteint depuis 10 ans. Il faut au moins 100 000 poches pour avoir d’un niveau de réserve permettant de disposer de suffisamment de sang de chaque groupe dans tous les hôpitaux", indique un communiqué de l'Établissement Français du Sang.  

Collecte difficile

La crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19 perturbe fortement la collecte du sang. Car 80% des dons viennent normalement de la collecte mobile. Mais les équipes qui viennent prélever le sang par camion ne font plus le plein.

"Depuis le mois de mars, les entreprises et universités n’accueillent presque plus de collectes de sang en raison des impacts du Covid-19 (télétravail, cours à distance, protocoles sanitaires, etc.). L’EFS s’efforce de remplacer les collectes annulées et d’élargir ses plages horaires", poursuit l'EFS dans ce document.

Désormais, les prélèvements (qui ne durent que 20 minutes) se font sur rendez-vous pour éviter les files d'attente. En Île-de-France, 12 sites attendent tous les volontaires. Il faut 1 700 dons chaque jour pour couvrir tous les besoins de la région.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société