Retards, incidents techniques et trains supprimés : quatre mois après son lancement, la désillusion du T12

durée de la vidéo : 00h01mn40s
Reportage : M. Lompageu / A. Joubeau / S. Sonder / Récit : K. Koç ©France 3 PIDF

Les désagréments sont devenus quotidiens pour les usagers du T12. Quatre mois après l'inauguration de la ligne, la ponctualité n'est toujours pas au rendez-vous et de nombreu trains sont supprimés en raison d'un manque d'effectif.

Comme de nombreux autres matins, à la gare de Massy-Palaiseau (Essonne), le T12, qui doit relier Evry-Courcouronnes se fait attendre. Quatre mois après son lancement, les retards et suppressions se multiplient. La promesse d'un train toutes les 10 minutes n'est toujours pas tenue. 

Il y a "des incidents tout le temps, deux ce matin, un à 8h30 et un à 9h42 qui a entraîné la fermeture de la ligne pendant un petit moment. Mardi, 16 trains supprimés, lundi, 14 trains supprimés, on voit bien que les cadences ne sont pas du tout respectées et qu'on est très loin du service maximum. Les incidents techniques sont mal gérés, les cadences quotidiennes pas assurées", se plaint Fabien Guillaud-Bataille, conseiller régional et administratif France Mobilité au groupe communiste. 

Les demandes des élus

Selon le groupe gauche-communise, l'opérateur privé Transkeo, en charge de la ligne, ne dispose pas d'un nombre suffisant de conducteurs. Il en aurait 37 sur les 60 nécessaires. Les élus du groupe demandent désormais la mise en demeure immédiate de l'opérateur, le retrait de l'exploitation de la ligne mais aussi un dédommagement exceptionnel des usagers. 

Lancée pourtant en grande pompe en décembre dernier, la ligne promettait à 40 000 voyageurs de l'emprunter tous les jours. Ce tram-train dessert 12 communes de l'Essonne entre Massy et Evry. Cela fait plus de 20 ans que les habitants l'attendaient.