Scènes : ce magicien mentaliste promet-il vraiment "Que du Bonheur" avec nos smartphones au Théâtre du Rond-Point Paris?

Publié le
Écrit par Didier Morel
Thierry Collet lors du scan 3D du visage d'un spectateur - Que du bonheur (avec vos capteurs)
Thierry Collet lors du scan 3D du visage d'un spectateur - Que du bonheur (avec vos capteurs) © Simon Gosselin

La magie est-elle dépassée ? L'artiste Thierry Collet délivre sur scène une démonstration éclairante du contraire. A toutes les époques, les magiciens ont utilisé des machineries et autres astuces. Ce magicien mentaliste nous bluffe désormais avec les nouvelles technologies d'un simple smartphone.

Tout commence par un tour raté sur une scène qui ne paie pas de mine. Pas de costume, pas d'effet de manche. L'artiste prétend même nous expliquer le truc et pourquoi il n'a pas réussi ce simple tour de carte à retrouver dans le jeu. Il sort ensuite son téléphone portable. Le spectacle bascule alors dans le vertige de la technologie, avec le même tour réussi, car cette fois-ci l'artiste est assisté par une application qui permet de retrouver en quelques secondes la carte choisie par un spectateur.

Mais ce n'est que le début.  Tout l'art de cet illusionniste mentaliste est de nous amener à réfléchir sur le pouvoir de la technologie que chacun d'entre nous transporte dans nos poches : les smartphones. Ces téléphones dits intelligents le sont-ils devenus plus que nous ? Les algorithmes sont-ils plus exacts pour lire dans nos pensées ? Connaitre nos secrets et autres informations personnelles ? Commence alors l’histoire d’un magicien, qui se rend compte qu’aujourd’hui les machines font son métier mieux que lui. Deux choix s'offrent alors à lui : résister ou pactiser. C'est tout le propos de Que du bonheur (avec vos capteurs) le nouveau spectacle de Thierry Collet.

Les smartphones autorisés pendant le spectacle

C'est autour de ces questions qui jalonnent désormais nos existences d’ "homo connecticus" que le magicien Thierry Collet a imaginé ce spectacle vertigineux présenté au Théâtre du Rond-Point à Paris. "On utilise beaucoup de technologies en magie. J'essaie de repérer les innovations avant qu'elles soient utilisées par le grand public", explique-t-il. Pendant son spectacle, à mi-chemin entre la conférence scientifique et le show magique, il confie participer régulièrement à des colloques sur l'intelligence artificielle et se décrit comme "friand d'électronique et de solutions high tech". Pour cette douzième création, l'artiste a même participé au Defcon, la plus grande convention mondiale de hackers, qui se déroule chaque été à Las Vegas, et où il a été stupéfait par "les pouvoirs magiques des machines".

Le mentaliste de spectacle est un menteur, oui.

Thierry Collet, magicien mentaliste

"Je suis fasciné par les croyances que font naître les technologies numériques", comme par exemple "les captations des données personnelles", explique dans le dossier de presse du Théatre du Rond-Point, le magicien de 54 ans, un des acteurs du renouveau de la prestidigitation en France, au sein de sa compagnie Le Phalène. Il a progressivement investi les "zones de flou" dans l'esprit du public, nées de ces technologies (numérique, nouvelle conquête spatiale etc.) : "Le mentalisme est un genre de prestidigitation très particulier et ambigu, car beaucoup de gens croient aux rêves prémonitoires, à la télépathie, à la voyance. Les démonstrations du mentaliste semblent plus « réelles » que celles d’un manipulateur de cartes. Mais tout ce que je fais est truqué."

Attention risque de divulgachage

Un exemple bluffant parmi d'autres : grâce à l'application Qlone, Thierry Collet duplique en 3D le portefeuille d'un spectateur qui a eu l'imprudence de le lui confier. Un comparse, contacté en visio et présenté comme un grand pirate informatique, récupère le fichier et réussit à distance à ouvrir le portefeuille comme s'il était réellement entre ses mains. Il peut découvrir alors des informations très personnelles sur sa carte d'identité et connaître son numéro de carte bancaire, la date de validité ainsi que le cryptogramme, autant d'éléments essentiels pour frauder sur le net. Beau joueur, Marc Rigaud, l'assistant du magicien, glisse alors sa carte de visite d'un Arsène Lupin du 21ème avant de virtuellement rendre le portefeuille. Dans le public le vertige nous prend quand l'objet est rendu à son propriétaire avec effectivement la carte de visite - mais surprise : sans la carte bleue !

Mais aussi : - L'application Scan 3D permet de créer sur un écran une image en trois dimensions d’un spectateur. Si on touche l’image, le spectateur aura également la sensation d’être touché. Est-il appairé à son double numérique comme dans une version technologique du vaudou ? - Un programme informatique capte, à travers un bracelet connecté, les souvenirs d’un spectateur et peut également lui injecter un rêve. L’esprit et la machine peuvent-ils dialoguer ensemble ?

Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la Magie.

Arthur C Clarke (auteur de 2001 l’Odyssée de l’Espace)

Sur scène, Thierry fait donc tout pour brouiller les pistes. Son but : amener le public à s’interroger sur les illusions à l’œuvre dans notre société. "C’est difficile aujourd’hui de distinguer les « fake news » de l’information sérieuse. À travers mes illusions, je fais le pari d’aiguiser l’esprit critique de mes spectateurs, de les interroger sur leur besoin de croire et leur soif de savoir, sans opposer les deux. J’aime la magie qui nous réveille plutôt que de nous endormir."

Bon à savoir : Les applications utilisées durant le spectacle sont accessibles en téléchargement - Replika, Qlone, Scan 3D, WeCheer, ScandyPro

Il est en tournée dans toute la france comme l'explique cet article de francetvinfo.fr et sur la scène du Théâtre du Rond-Point jusqu'au 6 novembre 21.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.