Tensions autour du projet de centre d’accueil pour sans-abri de Saint-Fargeau

Publié le Mis à jour le
Écrit par Elie Saïkali avec Emmanuel Tixier

L'Armée du Salut compte ouvrir à la rentrée 2022 un centre d'accueil de jour pour les sans-abri dans le XXème arrondissement de Paris. Un projet qui passe mal auprès des copropriétaires de l'immeuble au pied duquel le centre va prendre place.

Rue Saint-Fargeau, dans le XXème arrondissement de Paris. D’anciens locaux de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie — d’une superficie de 600 mètres carrés — accueilleront à la rentrée 2022 des sans domicile fixe durant la journée. Une ambition portée par l’Armée du Salut, nouveau locataire des lieux. Cet espace accueillera "un public qui est à la rue et qui est sur une procédure de démarche d’insertion. Il va venir ici pour bénéficier de différentes prestations : accueil, douche, machine à laver…et surtout se faire accompagner par des travailleurs sociaux", nous précise Marie Guidicelli, directrice du site de Saint-Fargeau.

Des dispositifs généralistes qui peuvent accueillir homme et femmes en même temps, ce n’est pas évident à trouver.

Marie Guidicelli

Ces locaux sont situés au pied d’une résidence comportant une centaine de logements. Problème : le projet d’accueil de jour passe mal chez un certain nombre de copropriétaires. "Ça devait être des bureaux. Et là, on se retrouve avec des douches et tout ce qu’on veut. (…) On change l’intitulé d’un bail. Et je pense que ce n’est pas normal", estime l’un d’entre eux. "Je ne suis pas contre aider les gens. Mais je pense qu’il faut bien choisir les lieux. Il y a le commissariat qui est à côté, il y a l’hôpital…Je pense que ce sont des lieux beaucoup plus adaptés qu’ici", ajoute une autre.

Convaincre le voisinage

Le centre qui verra le jour dans le XXème arrondissement est ce que l’on appelle un Espace solidarité insertion, ou ESI. Il en existe une quinzaine à Paris. L’un d’eux se situe dans le XIXème. Il est lui aussi géré par l’Armée du Salut. "Il y a quelques accueils de jours, mais soit très exigus comme le nôtre, soit adressés à un public bien particulier. Des dispositifs généralistes qui peuvent accueillir homme et femmes en même temps, ce n’est pas évident à trouver. Et c’est ce qu’on va pouvoir offrir avec l’ouverture du centre dans le XXème", poursuit Marie Guidicelli.

La mission de l’Armée du salut avec le voisinage n’en est pas finie pour autant. Il lui reste (encore) à le convaincre de l’utilité de son projet. Une réunion d'information est organisée lundi 20 décembre dans l'après-midi dans les locaux du XXème avec l'Armée du Salut, les copropriétaires et les représentants de la mairie.