Tireur fou à Paris : la chasse à l'homme se poursuit

© FRED DUFOUR / AFP
© FRED DUFOUR / AFP

Libération, la Tour de la Société Générale à La Défense, les Champs-Elysées... Des lieux qui n'ont rien en commun si ce n'est d'avoir vu passer le tireur qui sème la terreur, ce lundi à Paris. Et c'est une vraie chasse à l'homme qui s'est mise en place dans l'Ouest parisien. 

Par Rédaction web

Panique à Paris. Quelques jours après l'intrusion d'un homme armé à BFMTV, incident qui n'avait pas fait de victimes, un individu armé d'un fusil à pompe a, ce lundi matin, grièvement blessé un assistant photographe dans le hall du quotidien Libération, à Paris, avant de prendre la fuite. Un peu plus tard, c'est devant le siège de la Société Générale à La Défense, dans les Hauts-de-Seine, que des coups de feu sont tirés, sans faire de blessé... Puis on apprend que le tireur, qui serait une seule et même personne, vient de débarquer sur les Champs-Elysées, et qu'une prise d'otages serait en cours...

17h : Le Procureur de la République de Paris fait un point presse.
"Aucune piste de travail n'est pour l'instant écartée" a expliqué Francois Molins, précisant qu'il n'y avait "aucun contexte revendicatif". Après avoir procédé à un rappel des faits, confirmant les informations déjà connues, il a souligné que "deux douilles de calibre 12" ont été retrouvées à Libération. Des analyses ADN seront effectuées. 
La brigade criminelle de Paris est chargée de l'ensemble des ces enquêtes (tirs à BFM, tirs à Libération et prise en otage de l'automobiliste).
Le procureur a également rappelé la description de l'individu : un homme de type européen, 35-45 ans,  1m70 / 1m80, cheveux poivre et sel.

Toute personne ayant des informations doit appeler le 0 800 00 27 08. 


16h10 : Le site internet du Parisien publie une photo tirée de la vidéo-surveillance de BFM TV

 / © Capture d'écran Le Parisien
/ © Capture d'écran Le Parisien

Une photo tweetée quelques minutes plus tard (mais en couleurs) par notre consoeur Audrey Goutard

15h30 : la journaliste de France 2 Audrey Goutard livre des précision sur le calibre utilisé par le tireur



15h20 : l'alerte est levée du côté de la Maison de la radio


14h50 : le tireur serait à proximité de la Maison de la radio selon Guillaume Ledit, chef d'internet au Mouv'. Information corroboré par le tweet d'une autre journaliste sur place.
14h40 : un journaliste d'Europe 1 tweete une photo de l'impact de balle sur une baie vitrée à la Société générale. 


14h10 : Un journaliste de M6 poste une photo des policier recherchant la trace du tireur fou : 
14h05 : Le suspect pourrait détenir un sac de sport. Le suspect aurait indiqué à l'automobiliste qu'il a pris en otage qu'il était en possession de grenades, selon les informations de LCI.

14h : D'après les images de vidéosurveillance, l'homme qui avait menacé avec une arme plusieurs personnes au siège de BFM TV la semaine dernière serait celui qui a ouvert le feu à "Libération" ce matin, blessant gravement un homme.

13:45 : Notre consœur de France2 Audrey Goutard indique que l'homme armé serait descendu dans le métro. Info confirmée par notre confrère Hugo Clément :

13h40 : Un hélicoptère survole actuellement l'Ouest-parisien. 
13h30 : Présence massive de policiers sur les Champs-Elysées, qui n'ont pas été évacués. L'homme qui aurait une quarantaine d'année porterait une casquette, aurait une veste vert kaki et serait lourdement armé, avec un fusil et des grenades notamment. Il serait de forte corpulence selon des témoins qui ont pu le croiser. 

13h15 : Un automobiliste a été pris en otage et a dû amener de force dans son automobile le tireur de la Défense aux Champs-Elysées. Il l'a déposé à hauteur de George V.

12h10 : Des coups de feu devant le siège de la Société Générale, à la Défense. Pas de blessés. 

10h15 : Un homme armé d'un fusil à pompe a grièvement blessé un assistant photographe dans le hall du quotidien Libération à Paris avant de prendre la fuite, une agression rappelant un incident survenu vendredi à BFMTV qui n'avait pas fait de victime. >> Voir notre diaporama.

Les forces de police ont été déployées devant les grands médias parisiens.

© Twitter / @ocouvreur
© Twitter / @ocouvreur

 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Recherche : dans les laboratoires, le blues des chercheurs français

Les + Lus