• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Tireur à Paris : l'homme arrêté à Bois-Colombes est bien le tireur présumé

Une nouvelle photo du tireur a été publiée ce mardi 19 novembre. / © DR
Une nouvelle photo du tireur a été publiée ce mardi 19 novembre. / © DR

L'analyse ADN a permis de confondre l'homme placé en garde à vue mercredi soir dans le cadre de l'enquête sur le tireur parisien. Selon plusieurs sources, l'homme arrêté à Bois-Colombe serait Abdelhakim Dekhar, déjà condamné en 1998 dans l'affaire Rey-Maupin. 

Par France 3 Paris, avec AFP

72h après le début d'une impressionnante traque, le tireur présumé a fini par être arrêté, mercredi soir, à Bois-Colombes. Le parquet qui avait indiqué d'abord que cet homme présentait de "fortes ressemblances" avec la personne recherchée depuis plusieurs jours et dont la photo avait été largement diffusée dans les médias, a pu le certifier grâce aux tests ADN dont les résultats sont tombés dans la nuit.

>> Retour sur cette arrestation avec Laurence Barbry, voir le reportage 

DMCloud:128995
ARRESTATION PRESUME TIREUR


Il s'agirait selon plusieurs sources d'Abdelhakim Dekhar, condamné à quatre ans de prison en 1998 pour complicité dans l’affaire Florence Rey. Il avait été reconnu coupable d’association de malfaiteurs, pour avoir acheté le fusil à pompe qui a servi à l’équipée sanglante qui avait fait cinq morts, dont trois policiers, le 4 octobre 1994 à Paris.

Le suspect a été repéré vers 19h dans un parking souterrain de Bois-Colombes (Hauts-de-Seine) au nord-ouest de Paris, a annoncé dans la soirée le parquet de Paris.

Il a été trouvé par les enquêteurs dans un véhicule stationné dans un parking public situé sous un immeuble d’habitation, le long de la voie ferrée près de la gare. Vers 21h, la rue était barrée par des policiers, a constaté un journaliste de l’AFP.

Cette interpellation est consécutive à un témoignage recueilli au commissariat de Courbevoie. Selon une source proche de l’enquête, c’est l’homme qui l’hébergeait qui aurait contacté la police. «Il lui aurait confié, en évoquant l’affaire du tireur, "j’ai fait une connerie" », a expliqué cette source.

L’homme interpellé n’était toutefois pas en mesure d’être entendu et a été transféré, selon des sources policières, dans un hôpital de la région parisienne dans le cadre d’une garde à vue médicalisée.

«Il a été évacué par le Samu», a déclaré le maire de Bois-Colombes, Yves Révillon, à quelques journalistes devant le parking.

Une tentative de suicide ?


Selon plusieurs sources proches de l’enquête, l’homme se trouvait dans un état de «semi-inconscience, sans doute suite à la prise de médicaments qui peut laisser penser à une tentative de suicide».

C’est la première personne placée en garde à vue depuis le début de la traque, qui n’avait donné lieu jusqu’ici, malgré un appel à temoin et la diffusion d’images du suspect, qu’à quelques contrôles sans suite.

Sans attendre de l’interroger, les enquêteurs ont prélevé un échantillon ADN sur le suspect. Et cet ADN a parlé : c'est bien celui retrouvé sur les cartouches retrouvées à Libération, BFMTV et à La Défense.

A lire aussi

Sur le même sujet

Des communes à la recherche de solutions pour consommer moins d'eau

Les + Lus