Tour Eiffel : la mairie de Paris renonce à certains réaménagements

Publié le
Écrit par Marc Taubert avec Valentine Ponsy, Norbert Cohen et AFP

Le projet OnE, destiné à végétaliser et à piétonniser les abords de la tour Eiffel, devait entraîner l'abattage d'une vingtaine d'arbres. Bagagerie, boutiques, cafés et sanitaires ont été retirés du vaste projet de réaménagement.

La mairie de Paris a renoncé aux constructions prévues au pied de la tour Eiffel dans son plan contesté d'aménagement des abords du monument, qui attire chaque année 20 millions de visiteurs, a annoncé le premier adjoint Emmanuel Grégoire au Journal du dimanche (JDD).

En effet, le projet OnE, présenté par la maire (PS) de la capitale Anne Hidalgo, suscite depuis des mois les critiques des oppositions municipales et des défenseurs de l'environnement.

Elle a donc également décidé d'abandonner quatre constructions prévues. "On peut trouver des locaux ailleurs que sur un espace boisé classé. Aller construire sur les racines des arbres centenaires qui font 25m de long. Ce n'était pas la bonne solution donc la mairie va trouver d'autres solutions pour installer ces locaux indispensables. Sur des espaces minéralisés, des locaux déjà existants", se réjouit Dominique Dupré-Henry, membre de l'association France Nature Environnement Paris.

Les travaux vont débuter après les JO-2024

La droite parisienne s'était aussi opposée au projet y voyant "une catastrophe urbaine" selon les mots du maire du XVe arrondissement, Philippe Goujon. "On s’apprête à transformer un quartier emblématique et historique de Paris en un champ de foire commerciale", estimait-il en février dernier.

"La philosophie d'ensemble reste la même", a néanmoins déclaré Emmanuel Grégoire, Premier adjoint (PS) à la maire de Paris, en charge de l'urbanisme. Selon lui, l'essentiel du projet sera mis en place.

La rénovation du champ de mars va ainsi débuter et leurs dimensions resteront inchangées, malgré les critiques pointant le risque pour la circulation et la sécurité.

"On a fait des simulations, il y a eu des modélisations qui montrent que c'est tout à fait acceptable et soutenable pour le quartier. Parce que dans les endroits où nous allons faire de l'apaisement et de la piétonisation, il y aura toujours des voies qui seront réservées aux bus, vélos, taxis. Il ne faudrait pas que ce soit le cache-nez de ceux qui n'acceptent pas qu'il faut réduire la place de la voiture au profit de plus de nature", affirme l'élu parisien.

La facture de ces travaux d'envergure a flambé passant de 50 millions à 100 millions d'euros. Le chantier devrait débuter après les JO de Paris.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité