Un Français sur trois se dit insatisfait du travail de son syndic

durée de la vidéo : 00h04mn49s
MAG IMMO 11 - Syndic et copropriétaires : le grand désamour ©France 3 PIDF

Les assemblées générales réunissent représentants du syndic et copropriétaires afin de débattre et trancher sur les évolutions de leurs immeubles. Mais est-ce réellement efficace ?

Avec 100 000 copropriétés, la région Île-de-France compte le plus grand nombre de logements collectifs. C’est aussi celle où les charges de copropriété sont les plus élevées. Un motif parmi d’autres qui entretient la défiance des propriétaires à l’égard du syndic. À sa charge, la gestion de l’immeuble : appel de fonds, travaux, fonctionnement des parties communes, litiges entre voisins, etc. Des problématiques variées et inhérentes à la vie en communauté mais aussi indispensables qu’ils soient, les syndic ont globalement mauvaise réputation aujourd'hui. 

L'absentéisme aux assemblées générales

En dépit de l’existence de parties communes, certains propriétaires estiment qu’ils ne doivent s’occuper que de leur propre  logement. Un point de vue qui balaye les questions de communauté que certains considèrent comme essentielles lorsqu’on partage un hall, une cage d’escalier, un ascenseur ou encore une cave.

Au-delà de ces questions, le calendrier imposé par le syndic se heurte parfois à des incompatibilités, particulièrement pour les propriétaires actifs et par conséquent peu disponibles en semaine. Une demande de temps et d’engagement pourtant nécessaire : l’ensemble des décisions est soumis au vote des forces en présence.

Des problèmes dont les syndic sont bien conscients : Jonathan Holcman, cofondateur du cabinet JH immobilier, parle d’une organisation “en demande et en besoin d’argent constants” - du point de vue des propriétaires tout du moins.

C’est pourtant le syndic qui fait respecter le règlement de copropriété, ce qui permet, en théorie, de rendre la vie en communauté cohérente au sein d’un immeuble. Ce règlement encadre également ce que peuvent faire ou non les propriétaires. Il va même plus loin et définit la nature des biens, à titre bourgeois ou à titre commercial s’ils abritent une activité professionnelle comme un cabinet de médecine privé.

Retrouvez Le Mag Immo tous les samedis à 12.50 sur France 3 Paris Île-de-France en replay sur france.tv/idf

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité