Un homme porteur d'un gilet explosif factice interpellé au consulat d'Iran à Paris

La BRI est mobilisée autour du consulat d'Iran, dans le 16e arrondissement de Paris. Un témoin affirme avoir vu un homme portant une grenade ou un gilet explosif y entrer ce vendredi matin.

Un périmètre de sécurité a été mis en place vendredi autour du consulat d'Iran à Paris et une intervention policière a eu lieu après qu'"un témoin a aperçu un homme y entrant porteur d'une grenade ou d'un gilet explosif", a-t-on appris auprès de la préfecture de police.

L'homme serait entré dans le consulat vers 11h ce vendredi matin. Il "est sorti du consulat et était en cours de contrôle par la BRI (brigade de recherche et d'intervention). Une prospection des locaux était en cours", a-t-on ajouté de même source.

Il portait un gilet avec des grandes poches contenant trois grenades offensives factices. Il a été interpellé. Les forces de l'ordre ont mis fin à leur intervention peu après 15h et ont prospecté le quartier pour vérifier qu'il n'y avait aucune voiture piégée. "Aucune matière explosive" n'a été retrouvée "à ce stade", a ajouté une source judiciaire.

Déjà condamné en justice en France

"Selon les premiers éléments, il s'agit d'un homme né en 1963 en Iran", a poursuivi le parquet, ajoutant qu'il était sorti "de lui-même" du consulat et qu'il "aurait proféré des menaces de passage à l'acte violent".

Le parquet a également confirmé, à la suite de la diffusion de certaines informations, que cet homme avait été jugé par le tribunal correctionnel de Paris en comparution immédiate en octobre 2023 pour avoir mis le feu à des pneus devant la grille de l'ambassade d'Iran le 9 septembre, acte qu'il avait revendiqué en protestation contre le régime iranien.

Il avait été condamné à huit mois d'emprisonnement assortis du sursis probatoire et interdiction de paraître dans le 16e arrondissement pendant deux ans, ainsi qu'une interdiction de port d'arme. Il avait fait appel.

Selon une source proche du dossier, son procès en appel doit avoir lieu lundi après-midi à Paris.

Le consulat à l'origine de la demande d'intervention

"Le préfet de police, Laurent Nuñez, a mobilisé la BRI", la Brigade de recherche et d'intervention, une unité d'élite de la police, avait indiqué la préfecture de police ce vendredi en précisant que le consulat était à l'origine de la "demande d'intervention".

Le quartier du consulat d'Iran, situé avenue d'Iéna, dans le XVIe arrondissement de la capitale, a été entièrement bouclé pendant l'intervention et un fort dispositif policier a été mis en place. Le consulat et l'ambassade d'Iran partagent le même bâtiment, mais ont des entrées différentes : le 4 avenue d'Iena pour l'ambassade et le 16 rue Fresnel pour le consulat.

Le trafic sur les lignes de métro 9 et 6 desservant la station Trocadéro, la plus proche du consulat d'Iran, a été interrompu pendant plusieurs heures, a indiqué la RATP sur X.