Plus de violences et agressions, moins de cambriolages à Paris et proche banlieue en 2015

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christian Meyze
© Kenzo Tribouillard/AFP Photos

Le préfet de police de Paris, Michel Cadot a fait ses comptes : en 2015, les violences aux personnes à Paris et sa petite couronne ont grimpé de 5,3% en 2015, tandis que les atteintes aux biens, parmi lesquelles sont comptabilisés les cambriolages, ont baissé de 6,1%.

A Paris, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne, 385.000 atteintes aux biens ont été recensées par la préfecture de police en 2015 contre 410.000 en 2016.
Parmi ces atteintes, les cambriolages sont en baisse, sur Paris, passant de 187.000 en 2014 à 169.000 en 2015.

En revanche, les atteintes volontaires à l'intégrité physique augmentent de 5,3% en 2015 (97.000 faits) dans l'agglomération parisienne. Toutefois, les violences physiques crapuleuses (vols avec violence) sont en diminution, notamment à Paris où elles baissent de 12%. Les violences physiques non crapuleuses sont, elles, en augmentation de 13% à Paris et dans la petite couronne.

Le nombre des crimes et homicides est passé de 43 en 2014 à 199 l'an dernier. Une forte hausse due aux attentats jihadistes de janvier et novembre qui ont fait 147 morts.

A noter aussi que la préfecture de police de Paris a élucidé 114 agressions sexuelles dans les transports en commun, attribuées à 20 "frotteurs", ces hommes qui profitent des heures de pointe pour coller les voyageuses, les toucher voire se masturber. Un résultat lié à la création, en juin 2015, d'une unité dédiée pour lutter contre ce phénomène difficile à quantifier car peu de victimes déposaient plainte jusqu'ici.


En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.