Les prisons d'Ile-de-France : surpopulation et délabrement avancé

Les conditions de détention à la prison de Fresnes (Val-de-Marne) sont régulièrement dénoncées. / © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Les conditions de détention à la prison de Fresnes (Val-de-Marne) sont régulièrement dénoncées. / © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Alors que six nouvelles prisons doivent voir le jour en Ile-de-France, les 17 déjà existantes font parfois figure de mauvaises élèves. Avec des taux d'occupation frôlant les 200 % et une insalubrité souvent dénoncée. 

Par Aude Blacher

Six nouvelles prisons doivent être prochainement construites en Ile-de-France, en plus des 17 établissements pénitentiaires déjà existants. L'objectif : désengorger des lieux d'enfermement souvent plein à craquer. Car la France vient de battre un nouveau record. Plus de 70 000 détenus pour 60 000 places. Parmi les lieux retenus, deux d'entre eux se trouvent dans le Val-de-Marne à Choisy-le-Roy et à Limeil-Brévannes. Un département qui possède déjà la deuxième prison de France à Fresnes. Tour d'horizon de ces prisons franciliennes. 

Fresnes (94) : la prison la plus dégradée
Locaux insalubres, infestés de rats et de punaises de lits, cellules de 9m² accueillant régulièrement trois personnes, insuffisance de l’offre d’activités et de travail, parloirs inadaptés... Selon la contrôleur générale des lieux de privations de liberté, la maison d'arrêt de Fresnes est l'une des plus dégradées de France. Une situation régulièrement dénoncée. Le 6 avril 2018, le tribunal administratif de Melun a notamment jugé que les conditions dans lesquelles se déroulent les promenades sont contraires à la dignité humaine. Pour les juges, en effet, « elles excédent le niveau inévitable de souffrance inhérent à la détention et sont, dès lors, attentatoires à la dignité des intéressés ».
Fresnes est également montré du doigt pour sa surpopulation carcérale. Un dernier recensement fait état d'un taux d'occupation de 203 % avec 2800 détenus pour 1500 places. D'où la nécessité de faire des travaux. Construite en 1898, la prison de Fresnes devrait être prochainement rénovée. La Chancellerie vient en effet de confirmer des investissements à hauteur de 270 millions d’euros.

Fleury-Mérogis (91) : la plus grande prison d'Europe
Légérement moins engorgée, la prison de Fleury Mérogis comptait en juillet 4238 détenus pour 2855 places, soit un taux d'occupation de 143 %. Depuis le début de l'année, elle détient en revanche le triste record du plus grand nombre de suicides. 12 personnes se sont données la mort dans l'établissement en 2018. Pour Adeline Hazan, la contrôleure générale des lieux de privations de liberté, "c'est la conséquence d'un fléau absolument considérable qui touche les prisons françaises depuis des décennies : la surpopulation carcérale".

Villepinte (93) : la prison la plus peuplée
Construite en 1990 et mise en service en 1991, la maison d'arrêt de Villepinte a vocation à accueillir des personnes mises en examen et détenues provisoirement dans l'attente de leur jugement. Elle accueille également des personnes condamnées à de courtes peines (moins de deux ans) ou dont le reliquat de peine est inférieure à deux ans. 
Conçue pour accueillir 587 prisonniers (dont 40 places pour détenus mineurs) dans 482 cellules, elle enferme 1132 hommes en 2017, avec une moyenne d'âge inférieure à 30 ans. En 2017, elle détenait le record de surpopulation carcérale (201%). En juillet dernier, quatre détenus ont d'ailleurs décidé d’alerter sur leurs conditions de détention avec dans une vidéo tournée dans leur cellule, en appelant "à faire quelque chose". 

Réau (77) : la prison "passoire" 
C'est une prison ultra moderne, ouverte en 2011, au milieu des champs. Ici, pas de surpopulation avec un peu plus de 600 détenus pour 800 places. Une prison "moderne et sécurisé" selon les propos de garde des Sceaux Nicole Belloubet dont il est pourtant possible de s'évader. Le 1er juillet, Redoine Faïd qui y était incarcéré est parvenu à se faire la belle à l'aide d'un hélicoptère. Des "portes sans doute mal situées", et "d'autres éléments" comme, par exemple, "une organisation des parloirs qui mérite d'être revue" ont selon la ministre de la Justice, permis au célèbre braqueur de prendre les airs. Pour combler ces failles, des travaux doivent être effectués, d'autant que la prison de Réau accueille de gros profils, des criminels médiatisés. 

La santé (75) : la prison la plus clinquante
Après 4 ans de travaux, un chantier à plusieurs millions d'euros, la prison de la Santé va rouvrir cet automne. Elle accueillera au moins 800 détenus, des hommes tous parisiens. Inaugurée en 1867, la prison désormais flambant neuve compte neuf parloirs familiaux, 2.000 m² de salles d'activités, un gymnase, une dizaine de cours de promenades avec espaces végétalisés. Des cellules individuelles de 9,5 m² équipées de douche, de toilettes et de plaques chauffantes ont également été créées. Mais ces cellules sont néanmoins équipées de lits superposés, la surpopulation carcérale dans les autres prisons franciliennes étant trop forte. La prison de la Santé devrait accueillir les courtes peines et les détenus qui, plus lourdement condamnés, attendent une affectation dans d'autres établissements.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus