Affaire Estelle Mouzin : des fouilles dans les anciens domiciles de Michel Fourniret dans les Ardennes

Le 9 janvier 2003, disparaissait Estelle Mouzin – âgée de neuf ans – en rentrant de l’école, à Guermantes (Seine-et-Marne). Dès lundi, de nouvelles fouilles auront lieu dans les Ardennes, alors que Michel Fourniret a reconnu en mars dernier le meurtre de la fillette.

Le château du Sautou à Donchery (Ardennes), en 2004.
Le château du Sautou à Donchery (Ardennes), en 2004. © OLIVIER HOSLET/EPA/MaxPPP

17 ans après la disparition d'Estelle Mouzin, la justice prépare de nouvelles fouilles afin de tenter de retrouver le corps de la fillette, dès lundi 22 juin. D’anciens lieux de domicile de Michel Fourniret, situés dans les Ardennes, sont ciblés, comme l’explique franceinfo. Les enquêteurs devraient ainsi se déplacer d’une part au château du Sautou à Donchery, où ont vécu le tueur en série et Monique Olivier après avoir dérobé le trésor du gang des postiches.

Une propriété où les corps de deux victimes de l’"Ogre des Ardennes" avaient déjà été découverts par les enquêteurs en 2004, peu après l’arrestation du criminel. L’opération avait à l’époque duré des heures et des heures, les cadavres ayant été cachés sous trois mètres de terre avec une pelleteuse.

La justice prévoit également de fouiller l’ancienne maison que Michel Fourniret possédait à Ville-sur-Lumes, située à une dizaine de kilomètres de là. Le tueur en série, qui a reconnu en mars dernier avoir tué Estelle Mouzin, aurait indiqué lors d’un interrogatoire qu'il n'était pas "improbable" qu'il ait séquestré Estelle Mouzin dans ce lieu après l’avoir enlevée à Guermantes. C’est dans cette commune de Seine-et-Marne que la fillette a disparu en rentrant de l'école, le 9 janvier 2003.

Les enquêteurs disposent d’ailleurs d’un ticket de caisse daté du 11 janvier 2003 indiquant que le tueur en série aurait effectué des achats alimentaires dans un supermarché proche de Ville-sur-Lumes. Soit deux jours après la disparition de la jeune fille, alors âgée de neuf ans.

Michel Fourniret, entre propos ambigus et troubles de la mémoire

Contactée, Sophie Renon – la présidente de l’association Estelle Mouzin – explique qu’Éric Mouzin, le père de la fillette, et l’association ne souhaitaient pas commenter "l'actualité quelle qu’elle soit", pour éviter toute "perturbation médiatique" dans la progression de l’enquête menée par la juge Sabine Kheris.

Monique Olivier, l’ex-épouse du criminel, avait déjà confirmé fin janvier que Michel Fourniret avait selon elle tué la fillette, pointant une absence d’alibi et évoquant des "repérages" avant l'enlèvement. L’"Ogre" – précédemment mis hors de cause en 2007 dans l’affaire Estelle Mouzin – a été mis en examen fin novembre pour "enlèvement et séquestration suivis de mort".

Il avait alors indiqué lors d’une audition qu’il était "fort possible même très probable" qu’il ait "été l'auteur de cette disparition". Autres propos ambigus : il avait recommandé de chercher "entre l'école et le domicile".

Le tueur en série, déjà condamné plusieurs fois à la réclusion criminelle à perpétuité, est détenu à la prison d’Ensisheim (Haut-Rhin). Âgé de 78 ans, il souffre de troubles neurologiques dégénératifs.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
estelle mouzin justice société police sécurité faits divers criminalité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter