Affaire Estelle Mouzin : Monique Olivier affirme que Michel Fourniret, son ex-mari, a enlevé et tué la fillette

Monique Olivier est interrogée depuis mardi par la juge d'instruction. Michel Fourniret devrait être entendu la semaine prochaine.
La fillette avait été enlevée le 9 janvier 2003.
La fillette avait été enlevée le 9 janvier 2003. © PHOTOPQR/L'UNION DE REIMS
Monique Olivier apporte de nouveaux éléments dans l’enquête sur la disparition d’Estelle Mouzin. L’ancienne épouse de Michel Fourniret a affirmé à la juge d’instruction que son ex-mari avait enlevé le petite fille le 9 janvier 2003 à Guermantes (Seine-et-Marne). Il aurait ensuite violé puis étranglé l’enfant d’après les propos de Monique Olivier.

L’ancienne femme de Michel Fourniret était entendue depuis mardi par la juge d’instruction Sabine Khéris. Suite à ses déclarations, elle est "passée du statut assisté à celui de mise en examen" pour "complicité d’enlèvement et séquestration suivis de mort", a détaillé son avocat, Richard Delgenes ce vendredi.
durée de la vidéo: 01 min 44
Fourniret : l'ADN d'Estelle Mouzin identifiée sur un matelas ©France 3 Paris Ile-de-France

La maison de la sœur de Monique Olivier serait le lieu du crime

D’après le témoignage de Monique Olivier, Michel Fourniret aurait quitté le domicile du couple à Sainte-Custine en Belgique le matin du 9 janvier 2003. Celui que l’on surnomme "l’Ogre des Ardennes" aurait attendu devant l’école de la jeune fille de 9 ans avant de l’enlever à sa sortie. Le tueur aurait conduit Estelle Mouzin chez sa belle-sœur à Ville-sur-Lumes (Ardennes). C’est dans cette maison qu’il aurait violée et étranglée la victime. Monique Olivier sera de nouveau entendue par la juge d’instruction ce vendredi après-midi.

L’avocat de la famille Mouzin a réagi sur franceinfo, évoquant une "colère parce que ça fait des années que nous disons à la justice que c’est la piste Fourniret qui est la piste la plus solide et qu’il faut la travailler, avant de poursuivre. Tous les éléments mènent au couple Fourniret, cela fait des années que ça les met en cause, nous avons les éléments pour dire que c'est eux. Il faut terminer cette enquête et donner la vérité à la famille qui l'attend depuis si longtemps".

Pour rappel, Monique Olivier avait remis en cause en novembre dernier l’alibi de son ex-époux le jour des faits. Elle avait avoué être l’auteur des coups de fil passés le soir des évènements au domicile belge du couple.

Michel Fourniret devrait être entendu la semaine prochaine par la magistrate. La justice espère notamment obtenir des éléments pour retrouver le corps de la fillette. En 2008, le criminel avait été condamné pour les meurtres de sept jeunes femmes ou adolescentes commis entre 1987 et 2001.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société estelle mouzin faits divers criminalité michel fourniret