A Guermantes, Michel Fourniret dit avoir « croisé » Estelle Mouzin

Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier ont été confrontés à Guermantes (Seine-et-Marne), où avait été enlevée la fillette en janvier 2003. Mais la reconstitution organisée ce jeudi 15 octobre n’a pas permis de connaître les conditions du crime, ni où elle était enterrée.


 

Déplacement de la juge d'instruction Sabine Khéris, avec Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier à Guermantes (Seine-et-Marne), là où avait disparu Estelle Mouzin le 9 janvier 2003.
Déplacement de la juge d'instruction Sabine Khéris, avec Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier à Guermantes (Seine-et-Marne), là où avait disparu Estelle Mouzin le 9 janvier 2003. © MAXPPP
De longues minutes passées à parcourir les rues de Guermantes. L’école, la boulangerie, la maison où habitait Estelle Mouzin le 9 janvier 2003. Ce jeudi Michel Fourniret et son ex-épouse ont retracé le chemin qu’avait parcouru la fillette de 9 ans ce soir d’hiver quand elle a disparu.

La juge d’instruction en charge de l’enquête, Sabine Khéris, a accompagné l’ancien couple pas à pas afin de faire remonter les souvenirs à la surface. Mais encore une fois, Michel Fourniret a choisi d’éluder les questions de la magistrate.

Lors du déplacement, Monique Olivier a confirmé les propos qu’elle avait déjà tenus lors de ses précédentes auditions. L’ex-épouse maintient que c’est bien Michel Fourniret qui est impliqué dans la disparition de la fillette. Des déclarations qui n'ont pas fait réagir le tueur en série. 

"Lorsque la tête lui revient, il se rappelle très bien de tout, à mon avis. On l'a mis face aux aveux de Monique Olivier, disant 'Tu m'as dit que tu l'avais tuée'. Mais Michel Fourniret lève les yeux au ciel et ne parle pas à Monique Olivier", a affirmé Richard Delgénès, l’avocat de la femme devant les journalistes.
 

"On a eu Michel Fourniret qui a reconnu Estelle sur une photo, indiqué qu'il l'avait croisée mais se refusant à donner des précisions sur les conditions de son enlèvement et des conditions de sa mort"

Me Didier Seban, avocat d'Eric Mouzin


Interrogé à maintes reprise, l’ogre des Ardennes fini par réitérer ses aveux mais encore une fois de manière alambiquée. "On a pu mesurer le temps perdu avec un Michel Fourniret affaibli mais qui reste malgré tout le pervers qu'il a été dans sa manière d'éluder les questions", a précisé Me Didier Seban, avocat d'Eric Mouzin, le père d'Estelle. "Pour l'essentiel", Michel Fourniret "a confirmé ses propres aveux". Selon l'avocat, le tueur en série a déclaré avoir reconnu Estelle, avant de déclarer "qu'il y a des moments où il faut faire taire l'émotion qu'on peut avoir à la vision d'une telle jeune fille".

"On a eu Michel Fourniret qui a reconnu Estelle sur une photo, indiqué qu'il l'avait croisée mais se refusant à donner des précisions sur les conditions de son enlèvement et des conditions de sa mort"
, a-t-il précisé. Une déception indéniable pour la famille de la fillette, qui depuis dix-sept ans attend de connaître la vérité sur sa disparition et de retrouver son corps. 

À la fin du mois, Michel Fourniret et Monique Olivier seront de nouveau confrontés, cette fois dans les Ardennes, à Ville-sur-Lumes. La maison a déjà été perquisitionnée et de l'ADN partiel de la fillette avait été retrouvé sur un matelas. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
estelle mouzin faits divers criminalité michel fourniret justice société