Interruption du trafic à la gare de l'Est : ouverture d'une enquête par le parquet de Meaux. La SNCF dénonce un acte de sabotage

Publié le
Écrit par Emmanuèle Bailly .

Une enquête est ouverte pour dégradation volontaire et mise en danger de la vie d'autrui après l'incendie criminel survenu en Seine-et-Marne qui a provoqué l'interruption du trafic ferroviaire à la gare de l'Est. Elle est confiée à la police judiciaire de Meaux.

Le trafic ferroviaire à la gare de l'Est à Paris est interrompu "toute la journée", ce mardi 24 janvier, à la suite d'un "incendie volontaire sur des câbles électriques" en Seine-et-Marne, a annoncé la SNCF. 

L'interruption du trafic à la gare de l'Est à Paris a été causée par un "acte de malveillance", selon la SNCF. Cette nuit, "un incendie volontaire" a gravement endommagé "des gaines de câbles d'alimentation électrique des installations de signalisation et d'aiguillage" au poste de Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne), a précisé la compagnie ferroviaire. 

Le parquet de Meaux ouvre une enquête

Les policiers du commissariat de Noisiel en Seine-et-Marne ont été alertés vers 04h35 de l'incendie d'un boîtier électrique de la SNCF sur la commune de Vaires-sur-Marne en Seine-et-Marne, qui s'est déclaré vers 01h10, a détaillé  dans un communiqué le procureur de Meaux, Jean-Baptiste Bladier.

Selon les premiers éléments de l'enquête, "un premier coffret abritant des câbles électriques avait été incendié après que deux panneaux en béton condamnant l'accès à la trappe où ledit coffret était inséré dans le sol avaient été retirés et déposés", a-t-il déclaré. "Un second coffret, situé de l'autre côté des voies, accessible au moyen d'un tunnel situé sous lesdites voies, avait lui aussi fait l'objet de dégradations par incendie", a-t-il ajouté.

"Un acte odieux" pour le ministre des Transports

Le ministre des Transports a dénoncé ce mardi, depuis la gare de l'Est, "un acte de vandalisme odieux, scandaleux qui doit être condamné". Selon le ministre, "une cinquantaine de câbles ont été incendiés" dans la nuit de lundi à jeudi, "en deux points précis, ciblés, à quelques dizaine de mètres l'un de l'autre en Seine-et-Marne" avec "une intention délibérée de nuire". 

Cet acte de malveillance doit être "sévèrement sanctionné", car "l'impact" pour les usagers est important, a réagi Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, sur franceinfo.

"On ne peut pas encore garantir" une reprise du trafic mercredi, a -t-il averti lors d'un point presse.

"Un acte de sabotage" pour la SNCF

"Ce matin, nous avons subi un acte de sabotage vers 3 heures du matin, nous avons découvert (...) des dégradations importantes", a relaté Olivier Bancel, numéro deux de SNCF Réseau, lors d'un point presse. "C'est un acte de sabotage sur des câbles de signalisation qui comportent des circuits de sécurité."

Selon la compagnie publique, "quarante-huit artères de câbles, soit environ 600 câbles électriques, ont été endommagés" dans un poste d'aiguillage à Vaires-sur-Marne.

 "Il n'y a pas de piste, pas de revendication d'un groupe" à ce stade des investigations, a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête.



Source : AFP

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité