Les images des perquisitions. Cellule islamiste : la police antiterroriste perquisitionne à Torcy en Seine-et-Marne

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuèle Bailly avec AFP

La police antiterroriste a mené dans la nuit du mardi 9 au mercredi 10 octobre des perquisitions à Torcy (Seine-et-Marne) dans l'enquête sur la "cellule islamiste" démantelée le week-end précédent.

Les enquêteurs de la Direction centrale du renseignement intérieur et de la sous-direction antiterroriste ont fouillé , cette nuit,  à Torcy (Seine et Marne) des box de parking utilisés par un ou plusieurs des suspects.

>>Dans la nuit du mardi 9 au mercredi 10 octobre, les policiers ont procèdé à des perquisitions dans des box de parking  à Torcy (Seine-et-Marne). Voir les premières images des perquisitions, tournées cette nuit, par Farid Benbekai et Daniel Petitcuenot.

Après les interpellations de samedi, douze personnes sont toujours en garde à vue dans les locaux de la DCRI à Levallois (92). Ce matin les gardes à vue sont prolongées de 24 heures après la découverte à Torcy d'un arsenal destiné à fabriquer des engins explosifs dans le box du suspect chez qui avait été découverte une liste d'institutions israélites. 

Parmi ces éléments figurent un fusil à pompe, une arme de poing, "des sacs contenant du nitrate de potassium, du soufre, du salpêtre, des récipients type cocotte-minute, et des ampoules de phare, tous produits ou instruments utiles à la fabrication de ce que l'on appelle des engins explosifs improvisés", selon le procureur.

Le procureur de la République de Paris, François Molins, a annoncé ce matin la prolongation de 24 heures de la garde à vue de la "cellule islamiste". Il affirme que cette cellule démantelée est d'une "extrême dangerosité".

  • Une prolongation prévue par la loi
En matière d'antiterrorisme, le Code de procédure pénale prévoit la possibilité d'une prolongation exceptionnelle de la garde à vue jusqu'à six jours.

La prolongation au-delà de 96 heures, prévue depuis 2006 par l'article 706-88-1 du code de procédure pénale, peut être justifiée dans deux cas de figure: un "risque sérieux de l'imminence d'un acte terroriste" ou la "nécessité d'une coopération internationale".

Au total, la garde à vue, limitée en la matière à 96 heures, peut exceptionnellement atteindre 120, voire 144 heures. C'est la seconde fois que cette prolongation exceptionnelle est décidée depuis l'entrée en vigueur de cette disposition en 2006, a précisé le procureur de la République.
>> Un reportage de Valentine Ponsy, Noé Salem, Farid BenbekaÏ et Daniel Peticuenot.