• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Torcy : un imam accusé d'avoir légitimé le jihad armé pourra être expulsé vers le Maroc

La mosquée de Torcy, en Seine-et-Marne, en 2012. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN
La mosquée de Torcy, en Seine-et-Marne, en 2012. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN

L'imam suppléant de la mosquée de Torcy, en Seine-et-Marne, pourra être expulsé, a estimé une commission composée de magistrats, chargée d'examiner le cas de ce ressortissant marocain de 50 ans.

Par France 3 Paris IDF/ET (avec AFP)

L'homme, âgé de 50 ans, s'était vu reproché des prêches légitimant le jihad armé... L'imam suppléant de la mosquée de Torcy, en Seine-et-Marne, pourra être expulsé vers le Maroc, a estimé une commission d'expulsion, composée de magistrat, chargée de statuer sur son cas.
L'avis favorable a l'arrêté d'expulsion pris contre ce Marocain a pour motif que l'imam suppléant aurait "violé des principes fondamentaux de la République", a indiqué son avocat.

Fermeture administrative

En 2016 et 2017, les deux imams de la mosquée, fermée le 10 avril dernier, "ont explicitement légitimé le jihad armé en appelant les fidèles à prier pour les jihadistes du monde entier afin de détruire les ennemis de l'Islam en France et dans le monde", a motivé la commission, rapporte l'AFP.

Selon l'avocat du ressortissant marocain, "le dossier ne tient (...) pas la route". Il relève que la perquisition menée au domicile de son client et les enquêtes ouvertes n'ont eu aucune suite judiciaire. 

Une idéologie radicale ainsi que des incitations au jihad

La mosquée de Torcy, installée depuis 2003, pouvait accueillir jusqu'à 500 fidèles. Elle avait fait l'objet d'un arrêté de fermeture administrative au motif qu'elle était devenue depuis plusieurs années "un lieu de culte où étaient prônées une idéologie radicale ainsi que des incitations au jihad".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les urgences de l'hôpital Ballanger à Aulnay au bord de l'asphyxie

Les + Lus