Aubervilliers : la maire dénonce un crime au “mobile crapuleux“ et au ”ciblage raciste”

Plusieurs centaines de personnes sont venues le 14 août à Aubervilliers rendre hommage à Zhang Chaolin, mort après une violente agression. / © ALAIN JOCARD / AFP
Plusieurs centaines de personnes sont venues le 14 août à Aubervilliers rendre hommage à Zhang Chaolin, mort après une violente agression. / © ALAIN JOCARD / AFP

Vendredi soir l'homme d'origine chinoise qui se trouvait dans un état désespéré après son agression est décédé des suites de ses blessures. Meriem Derkaoui, maire PCF d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) dénonce un crime raciste.

Par VP avec AFP

#L'indignation après l'agression mortelle de l'homme de 49 ans

Un crime au "mobile crapuleux" et au "ciblage raciste", ce sont les mots de Meriem Derkaoui, maire PCF d'Aubervilliers au lendemain de la mort d'un Chinois agressé le 7 août dernier dans une rue de cette ville de Seine-Saint-Denis.
Dans le communiqué publié sur le site de la mairie, l'élue n'a pas caché sa colère et son émotion: "Ce crime est d'autant plus odieux que son mobile crapuleux se double d'un ciblage raciste"
Cet homme,âgé de 49 ans, est décédé vendredi en fin d'après-midi après cinq jours de coma, a indiqué une source proche du dossier.


#La communauté chinoise sort du silence

Après cette agression, un comité de soutien à la famille de la victime a appelé à un rassemblement dimanche à 15H00 devant la mairie d'Aubervilliers"Les habitants de la Seine-Saint-Denis et plus particulièrement ceux d'origine chinoise (...) sont les victimes quotidiennes d'agressions, de vols, de plus en plus violents à leur encontre", a dénoncé le comité dans un communiqué, en appelant "l'ensemble des citoyens à réagir contre la violence. (...) Aujourd'hui, devant l'inefficacité des mesures prises par les autorités, la colère des habitants monte, la tension entre les communautés est palpable".









Une lettre adressée au Président dénonçant les violences et agressions subies par les membres de la communauté chinoise à Paris et en banlieue est en ligne, elle aurait déjà reccueillie 7500 signatures.


A l'initiative de la municipalité, une centaine de personnes s'étaient réunies jeudi soir devant la mairie d'Aubervilliers. Dans cette ville du nord-est de Paris parmi les 80.000 habitants, près de 3 à 4.000 personnes sont d'origine chinoise, actives notamment dans le secteur du textile.

Selon une source proche du dossier, une enquête, confiée à la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis, a été ouverte pour homicide involontaire. Une autopsie doit encore être pratiquée pour déterminer les causes exactes de la mort de la victime.


A lire aussi

Sur le même sujet

Deux paysagistes proposent une tombe-jardin plus écologique et moins chère

Les + Lus