• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

La difficile lutte contre les ouvertures intempestives de bouches à incendie en Île-de-France

Les personnes qui ouvrent des bouches d'incendie risque aussi de graves blessures. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Les personnes qui ouvrent des bouches d'incendie risque aussi de graves blessures. / © IP3 PRESS/MAXPPP

La pratique est interdite et passible de prison, mais cela ne semble pas très dissuasif. Avec la canicule, les ouvertures intempestives de bouches à incendie se multiplient. Alors à Bondy, la mairie a fait installer des cadenas inviolables.

Par Elise Ferret avec MT

Le jet d'eau d'une bouche à incendie peut avoir la force d'une vague de 100 mètres qui s'abat sur le trottoir. Une mauvaise habitude prise dans les quartiers pour se rafraichir quand il fait chaud.

Les risques après l'ouverture sauvage d'une bouche : un débit d'eau moins important en cas d'intervention sur un incendie pour les pompiers. Des blessures graves pour la personne qui ouvre la borne avec la pression de l'eau très forte et des dégâts sur la voirie. Un phénomène difficile à réguler en région parisienne.

"En 2017, on considère que l'on a perdu 600.000 m³ d'eau. Cela ne parle peut-être pas mais cela équivaut à 200 piscines olympiques. Rien que pour nous, cela représente 1 million d'euros de pertes", explique Charles Perrod, directeur général des services techniques à Aubervilliers.
La difficile lutte contre les ouvertures intempestives de bouches à incendie
Intervenants : Charles Perrod, directeur général des services techniques à Aubervilliers, Sylvine Thomassin, maire de Bondy (PS). - France 3 Paris - Île-de-France - Elise Ferret, Isabelle Audin et Élisabeth Dubos
 

Des cadenas contre les ouvertures intempestives

À Bondy, depuis 2 ans, la mairie a décidé de protéger 42 bouches à incendie avec des kits. Des sortes cadenas qui rendent impossible leur ouverture sauvage. Le coût total de l'opération est de 43.000 euros.

Il reste encore 150 bouches à équiper. "Cette année, nous avons eu des ouvertures beaucoup plus tardives. Cela a commencé seulement hier et on a eu trois bouches à incendie ouvertes. Les années précédentes, c'étaient 10 à 12 bouches à incendie et cela partait très tôt", indique Sylvine Thomassin, maire de Bondy (PS).

Ouvrir une bouche incendie est passible de sanctions : jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Mounir Mahjoubi rejoint Benjamin Griveaux

Les + Lus