Fermeture du RER B : "C'est la vie quotidienne qui est en jeu" selon le ministre des Transports

L'axe nord du RER B reliant notamment Paris à l'aéroport Roissy-CDG est fermé ce lundi pour rénovation. Un dispositif de substitution a été mis en place pour limiter l'impact sur les 200 000 usagers qui empruntent la ligne chaque jour.

"Ce sont des travaux pour la bonne cause", déclare Clément Beaune, présent à la gare du Nord ce lundi 14 août. À l'occasion d'un point presse, le ministre des Transports a affirmé la nécessité des travaux de rénovation actuellement engagés sur le tronçon nord du RER B, fermé pendant trois jours pour l'occasion.

Depuis samedi dernier, aucun train ne circule dans les deux sens, entre la Gare du Nord et Aulnay-sous-Bois, en direction de l'aéroport Roissy-CDG, et sur le deuxième axe, entre Aulnay et Mitry-Claye depuis samedi. Le trafic sera réactivé dès 4h30 mardi 15 août, selon le ministre des Transports. 

Un enjeu du quotidien

"Ce sont des journées difficiles dans les transports publics franciliens. Nous faisons des travaux indispensables et inédits par leur ampleur", indique Clément Beaune. "On a un réseau ferroviaire en général, pas seulement en Île-de-France, vieux, l'un des plus âgés d'Europe, poursuit-il, c'est la vie quotidienne qui est en jeu". 

Pour pallier de potentielles difficultés lors de cette fermeture, la SNCF, la préfecture de Paris et d'Île-de-France et Île-de-France Mobilités (IDFM) appellent depuis plusieurs jours les usagers concernés à reporter leurs déplacements. Une mesure de précaution nécessaire pour la deuxième ligne la plus fréquentée d'Europe.

Plus de 1000 chauffeurs et 600 bus de substitution ont été mis en place ce lundi. Un volume important qui inquiète tout de même le préfet de région Marc Guillaume, interrogé par l'AFP. Car ces bus sont en mesure de transporter "à peu près 100 000 personnes", alors que près de 200 000 voyageurs sont susceptibles d'emprunter ce tronçon. 

Interrogé sur franceinfo à ce sujet, Stéphane Troussel, porte-parole du Parti socialiste et président du département de la Seine-Saint-Denis, partageait également son inquiétude : "On l'a vu pendant la crise sanitaire, il y a des travailleurs qui ne peuvent pas faire le pont, télétravailler. [...] Eux, ils ont besoin des transports du quotidien."

Des voyageurs mécontents et désorientés

Parmi les usagers, les avis sont mitigés. "Aujourd'hui on attend du monde", confie Yor Dnaiye, 49 ans, "mais ici presque tout le monde parle anglais, alors ça va", se rassure-t-il. "Bien sûr il y en a que ça énerve un peu. D'autres, au contraire, sont assez contents de la logistique et veulent même nous donner des pourboires, mais on ne peut pas accepter", ajoute l'agent d'accueil.

Parmi les mécontents, Saifi Adamo, 35 ans, agent d'escale chez Air France qui s'est levé plus tôt, à 4h30, pour faire ce "grand détour" et sera malgré tout "en retard au travail". "Je ne dis pas qu'il ne faut pas faire de travaux mais pour moi c'est mal organisé", dit-il.

À l'aéroport de Roissy-CDG, certains touristes sont parfois un peu désorientés tel Marcel, arrivé d'Allemagne. L'homme de 31 ans se dit "surpris" de ne pouvoir emprunter le RER et se "sent perdu" même s'il finit par trouver une navette pour rejoindre la capitale.

Des travaux de modernisation

Réalisés au cœur de l'été, quand la ligne est moins fréquentée, ces travaux ont pour objectif de moderniser les voies du RER B et de le doter d'un nouveau terminus près du Stade de France, qui doit permettre aux trains de faire demi-tour rapidement en cas de coupure sur la ligne.

Le chantier est financé sur le budget du CDG Express, une liaison rapide qui doit relier la capitale à l'aéroport de Roissy-CDG à partir de 2026. Pour le ministre des Transports, la modernisation du réseau n'est pas uniquement motivée par le CDG Express, bien qu'il soit un projet important : "Le CDG Express est tout à fait nécessaire pour l'attractivité, l'emploi et la vitalité de la région parisienne".

La RATP et Île-de-France Mobilités multiplient les travaux en ce dernier été avant les Jeux olympiques de Paris. Les lignes de RER A, C, D, E connaissent des fermetures partielles jusqu'à fin août, tout comme plusieurs lignes de métro.