Grève des salariés de la clinique Floréal à Bagnolet : "Malgré les réquisitions, nous restons mobilisés"

Publié le

Des salariés de la clinique privée, située à Bagnolet (Seine-Saint-Denis), sont en grève depuis mercredi. Ils demandent une revalorisation des salaires pour l’ensemble du personnel, et dénoncent leurs conditions de travail.

"La grève se poursuit", annonce la CGT 93 dans un communiqué publié jeudi. Le syndicat appelle les salariés de la clinique Floréal à Bagnolet à faire grève, face à la "mépris" de la direction, une "stratégie de la division" et des "intimidations pour pousser à la reprise du travail". "La nouvelle crise que traverse l’ensemble du système de santé, et la situation de désert médical de notre territoire exigent tout particulièrement dialogue et prise en compte des attentes des collectifs de travail du soin", indique la CGT.

"On demande principalement une revalorisation des salaires pour tous les salariés, face à l’inflation que tout le monde subit, explique ce vendredi Marie Melgire, salariée de la clinique, représentante du personnel et déléguée de la section CGT Floréal. Nos salaires n’ont pas augmenté depuis des années. La clinique a été rachetée par le groupe Almaviva Santé le 15 décembre 2021. Ils ont des fonds mais tout est pour les actionnaires."

Les salariés en grève dénoncent des conditions de travail difficiles. "Il y a eu 46 démissions en moins de six mois. Il y a un ras le bol face au travail qui s’accumule. Les salariés sont surmenés, fatigués et ne sont pas entendus", déplore Marie Melgire.

"Tout ça se passe au détriment de la prise en charge des patients"

La déléguée syndicale indique que la clinique compte 146 employés. "Mercredi, 80 salariés étaient en grève, soit plus de la moitié du personnel. Mais la direction cherche à casser et pourrir le mouvement", raconte-t-elle.

Dans son communiqué, la CGT indique que l’Agence régionale de santé (ARS) a décidé de mettre en place des réquisitions de personnels, que le syndicat compte contester. "Malgré les réquisitions, nous restons mobilisés. Nous sommes aujourd’hui une vingtaine présents devant la clinique", explique Marie Melgire.

"Le groupe Almaviva Santé est en train de mettre en place une financiarisation de la santé, et personne ne dit rien. Énormément de cliniques sont en souffrances. Ils ont décidé d’augmenter les tarifs. On s’occupe de clients, plus d’une patientèle. Tout ça se passe au détriment de la prise en charge des patients", souligne par ailleurs la déléguée syndicale.

Contactée, la clinique Floréal n’a pas répondu à ce stade à nos sollicitations.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité