L'ancien maire UDI de Noisy-le-Sec jugé pour favoritisme et prise illégale d'intérêts

Laurent Rivoire, ancien maire UDI de Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis, est accusé d'avoir attribué de manière irrégulière des millions d'euros de contrats de marchés publics.
L'ancien maire de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) filmé en 2015.
L'ancien maire de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) filmé en 2015. © France 3 Paris Ile-de-France

Un contrat de "conseil en communication" à 90 000 euros, un marché de "suivi du plan stratégique du patrimoine" à 262 000 euros, une "recherche d'un thermicien" pour 22 800 euros. Au total, une vingtaine de marchés litigieux sont visés dans cette procédure pour un montant estimé à quelque 3,4 millions d'euros de contrats.

L'ancien maire de cette commune de Seine-Saint-Denis, Laurent Rivoire, est soupçonné de ne pas avoir respecté les procédures d'appel d'offres et d'avoir privilégié des proches dans l'attribution de ces marchés en tant que P-DG de Noisy-le-Sec Habitant, l'office HLM de cette ville populaire de 44 000 habitants.

Il comparaît à partir de mardi devant le tribunal correctionnel de Bobigny avec huit autres prévenus. M. Rivoire devait initialement comparaître en février 2020, mais l'audience avait été renvoyée en raison d'une grève des avocats. Il sera jugé jusqu'à vendredi pour "favoritisme", "prise illégale d'intérêts" et "trafic d'influence". Lui clame son innocence.

Changement de maire en 2020

Entre-temps l'élu, aux manettes de cette ville pendant dix ans, a perdu en 2020 son fauteuil, désormais occupé par le communiste Olivier Sarrabeyrouse. Il reste toutefois conseiller municipal d'opposition.

"Notre client reste dans le même état d'esprit. Il ne lui est reproché aucun enrichissement personnel et il est déterminé à démontrer qu'il a toujours agi dans l'intérêt général", ont déclaré ses avocats, Mathias Chichportich et Clara Gérard-Rodriguez.

Sur le banc des parties civiles prendront place l'association Anticor et Jean-Paul Lefebvre, adversaire pugnace de l'ancien maire.

"Système imaginé par Jean-Christophe Lagarde"

L'opposant fut à l'origine de l'enquête préliminaire en adressant un signalement à la justice en décembre 2014.

Conseiller municipal, M. Lefebvre estime que les pratiques présumées de Laurent Rivoire et ses fidèles s'inscrivent dans "le système imaginé par Jean-Christophe Lagarde (patron de l'UDI, élu en Seine-Saint-Denis et ancien maire de Drancy, ndlr) et ses sbires" qui, dit-il, joue sur "le clientélisme et le communautarisme" avec l'argent public.

Outre M. Rivière, le banc des prévenus sera occupé par des dirigeants de sociétés originaires du Londeau, une importante cité de la ville, et engagés par le bailleur pour des travaux ou du nettoyage.

L'un d'eux, Miloud Gherras, est poursuivi pour "recel de favoritisme". Élu en 2014 sur la liste de l'ex-maire avant de passer dans l'opposition, il avait reçu cinq balles dans les jambes en 2016. Deux frères, dont l'un sera également jugé mardi, avaient été condamnés à cinq et six ans de prison dans cette affaire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société politique