La nouvelle passerelle Pleyel inaugurée : "bien plus qu'un pont, c'est un véritable morceau de ville"

Plus sur le thème :

Après plus de quatre ans de travaux, le "Franchissement urbain Pleyel" qui enjambe 48 voies ferrées, a été inauguré ce jeudi 16 mai. Il relie deux gares, deux quartiers et rend plus accessible des sites olympiques comme le Stade de France.

C'est un pont hors norme qui a été inauguré ce jeudi 16 mai. 300 mètres de long, jusqu'à 42 mètres de large surplombant 48 voies ferrés. "Bien plus qu’un pont", explique l'établissement public territorial Plaine Commune, porteur du projet pour qui le "Franchissement urbain Pleyel" dit le FUP "est un espace à vivre, un nouveau morceau de ville qui reliera les quartiers Landy-France et Pleyel, aujourd’hui séparés".

Des quartiers qui jusqu'alors "ne se parlaient pas", étaient séparés par une zone ferroviaire, Paris Nord où circulent plus de 1 000 trains par jour. Le trafic ferroviaire est ici l'un des plus denses au monde, le troisième après celui de Chicago et de Tokyo.

Le pont s'affiche d'abord comme un trait d'union entre deux gares. La gare Saint-Denis Pleyel, la plus grande gare du Grand Paris Express qui ouvrira en juin. Un "Châtelet-les-Halles du Grand Paris", où se croiseront, les lignes 14, 15, 16 et 17 du métro et de l'autre côté du pont, la gare du RER D Saint-Denis Stade de France. 

A l'heure des J.O qui se dérouleront l'été prochain, le FUP sera également la desserte de grands sites olympiques : le Village Olympique à l’ouest, le Stade de France ainsi que le Centre Aquatique Olympique à l’est. Près d’un spectateur sur quatre se rendant au Stade de France ou au nouveau Centre Aquatique Olympique empruntera le FUP, estiment les concepteurs de cet ouvrage.

Une passerelle économique et culturelle

Le FUP est taillé pour accueillir avec 8 000 voyageurs attendus aux heures de pointe sur une passerelle piétonne en forme de Y. Des aménagements protégés sont destinés aux deux-roues et longeant la zone piétonne, une voie routière à deux voies dont une en site propre pour les bus sera ouverte. Il faudra attendre 2026 pour que cette partie du tablier soit permise à la circulation.

Les concepteurs du FUP ont voulu faire de ce pont un lieu de vie. Pour se détendre ou se cultiver, le FUP est ainsi jalonné de cinq espaces différents dédiés aux pratiques sportives, à la flânerie, ou aux événements culturels qui pourront s'y produire. Des ouvrages en forme de bulle doivent y accueillir diverses manifestations.

Il s’agit d’une nouvelle vie pour ce quartier longtemps resté à l’écart en raison de son enclavement. 

Mathieu Hanotin, président de Plaine Commune et maire de Saint-Denis

Les élus locaux - Ville de Saint Denis et Département de Seine-Saint-Denis - parient sur ce nouvel équipement pour dynamiser un secteur urbain jusque-là enclavé. Relier deux grands quartiers de part et d'autre de la voie ferroviaire doit permettre à plus de 20 000 salariés qui y travaillent, de circuler. Le Franchissement Urbain Pleyel "donnera une nouvelle visibilité au quartier", escompte l'établissement territorial Plaine Commune qui espère à terme des retombées en termes d'emplois dans l'hôtellerie, les loisirs ou la culture.

Un chantier complexe

Évoqué dans les années 90 dans le cadre d'un projet baptisé "Hippodamos", le franchissement aura dormi 29 ans dans les cartons avant que les premiers coups de pioche ne soient véritablement effectués. En 2016, le projet architectural de l'ouvrage est confié à l'architecte-ingénieur Marc Mimram, concepteur de plusieurs ponts en France et à l'étranger.

Le chantier débute en 2019. Les travaux du FUP engagés par l’Etablissement territorial public Plaine Commune, ont été selon le maître d'ouvrage "d’une complexité remarquable, du fait de l’interface avec le 3e faisceau ferroviaire le plus fréquenté". Par exemple, des piles ont été coulées jusqu'à 30 mètres de profondeur alors que des trains circulaient à proximité.

8 800 tonnes d'acier ont été nécessaires à la construction de la charpente du pont. Soit 1500 tonnes de plus que la Tour Eiffel. Le tablier repose sur cinq piliers de plus de 10 mètres dont trois édifiées au milieu des voies. Le chantier, associant de nombreuses entreprises s'est déroulé régulièrement de nuit. 

Le 25 avril, pour tester la réaction du pont en présence de foules, des essais vibratoires ont été effectués grâce à 150 volontaires.

durée de la vidéo : 00h00mn52s
Des essais vibratoires ont eu lieu en avril pour tester la réaction de l'ouvrage. ©Sources : SPL Plaine Commune Développement / Franck Badaire.

L'ouverture complète de l’ouvrage et la mise en service d'un pôle bus sont prévues en 2026. Le coût du chantier est estimé à 247,5 millions d’euros hors taxes.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité