Le caïd de la drogue évadé le 4 juin d'un hôpital de Saint-Denis est arrêté

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christian Meyze .

Le trafiquant de drogue présumé Ouaihid Ben Faïza, pour qui des complices avaient préparé une évasion spectaculaire, le 4 juin, d'un hôpital en Seine-Saint-Denis, a été arrêté jeudi soir 19 juin au Blanc-Mesnil,

La cavale d'Ouahid Ben Faïza, un trafiquant de drogue libéré le 4 juin par un commando armé lors d'un transfert de sa prison à l'hôpital, a pris fin jeudi soir 19 juin, devant un hôtel de Seine-Saint-Denis où il se cachait.

Seul, devant un hôtel du Blanc-Mesnil, Ouahid Ben Faïza a été interpellé vers 23H30 sans opposer de résistance aux policiers de la Brigade de répression du Banditisme (BRB) de la police judiciaire parisienne.

L'homme, considéré comme l'un des parrains du trafic de drogue de la Courneuve (Seine-Saint-Denis), avait été localisé grâce à un dispositif de surveillance visant son entourage et ses fréquentations "professionnelles" habituelles.
Son évasion spectaculaire le 4 juin avait été préparée avec minutie. Incarcéré à Villepinte depuis 2011, où il purgeait une peine de huit ans de prison pour trafic de stupéfiants, il avait profité d'un examen médical à l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis pour se faire la belle. Au moment où il remontait à bord du fourgon cellulaire encadré par quatre surveillants de prison sans armes, un commando composé de cinq hommes armés, à bord d'un fourgon blanc, avait fait irruption.

Camouflés en ouvriers du bâtiment, les cinq hommes, équipés de gaz lacrymogènes et d'armes de poing, avaient menacé les surveillants et les avaient obligés à libérer le détenu. Ils avaient pris la fuite avec Ouahid Ben Faïza à bord du fourgon blanc, retrouvé incendié quelques minutes plus tard dans la Cité Floréal, à proximité de l'hôpital. 

Une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny pour évasion en bande organisée et association de malfaiteurs.

La famille Ben Faïza défraie depuis plusieurs années la chronique judiciaire dans le département, avec la famille rivale des Houmani. Certains de leurs membres sont considérés par la police comme les parrains du trafic de drogue en Seine-Saint-Denis.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité