Cet article date de plus de 7 ans

Le Raincy (93) : la salle de gym réservée aux femmes ne rouvrira pas

Le tribunal administratif de Montreuil a rejeté vendredi la demande de réouverture d'une salle de sport réservée aux femmes au Raincy. Elle avait été fermée pour des raisons de sécurité mais la gérante se dit victime de discrimination islamophobe du maire UMP Eric Raoult.
La salle de sport Orty Gym située au Raincy (Seine-Saint-Denis)  fermée depuis le 19 novembre dernier ne rouvrira pas ses portes pour accueillir ses 90 abonnées, des femmes exclusivement. Cette fermeture, demandée par le maire (UMP) Eric Raoult, pour des raisons de sécurité a été jugée légale par le Tribunal administratif. Le débat que cette fermeture a suscité n'est lui toujours pas tranché. 

"C'est une décision sage car elle fait primer la sécurité", a déclaré Me Kamel Yahmi, l'avocat de cette commune aisée de Seine-Saint-Denis.
Devant le tribunal vendredi matin, il avait assuré que "monsieur le maire (n'était) pas en croisade, (mais) uniquement là pour la sécurité publique".
L'un des avocats de la gérante, Me Daniel Fellous, a quant à lui promis de poursuivre les procédures judiciaires. Une plainte a été déposée par la gérante, Lynda Ellabou, une femme voilée de 30 ans, pour discrimination. La plaignante et son avocat sont convaincus que derrière ces considérations, il y a "une volonté réelle et politique de fermer un établissement où il y a une forte communauté moyen-orientale et maghrébine."
Pour Me Fellous, "La mairie ne veut pas qu'il y ait des femmes voilées qui vont et qui viennent au Raincy", une ville considérée comme "une citadelle" en Seine-Saint-Denis où M. Raoult, ancien ministre et rapporteur de la loi sur le voile, veut "prendre des voix au FN" pour les municipales.

Eric Raoult,quant à lui, s'est félicité que "Quelle que soit la religion ou les origines, le droit s'applique à tout le monde". Par le passé l'élu s'était inquiété "que ce type d'établissement ne devienne un commerce sportif religieux". Aujourd'hui il nie toute "islamophobie" et regrette un "emballement médiatique".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société