Red Star FC : réunion au sommet à Saint-Ouen

Publié le Mis à jour le
Écrit par Elie Saïkali, avec Gaelle Darengosse et Marie Chambrial

Un conseil municipal extraordinaire se tenait mercredi soir rue des Ecoles, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). A l’ordre du jour : l’avenir du stade Bauer et du club historique du Red Star FC, récemment racheté une dizaine de millions d’euros par le fond de pension américain 777 Partners,

Un certain nombre de personnalités, politiques et sportives étaient présentes au conseil municipal. Le maire (PS) de Saint-Ouen Karim Bouamrane, le président (PS) du département de Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel, le député (LFI) Éric Coquerel, le président de 777 Partners Josh Wander, le président du Red Star Patrice Haddad, le propriétaire du Stade Bauer Yoann Choin-Joubert, mais aussi Vincent Chutet-Mézence, président du collectif de supporters Red Star Bauer, qui ont vu d’un assez mauvais œil son rachat par un groupe américain.

Le nouveau propriétaire du club de Saint-Ouen a exposé ses objectifs. "Le projet est complexe et ambitieux. C’est d’abord de construire et de remonter en Ligue 2, puis en Ligue 1. Construire des ponts plus forts avec la Ville autour, développer un centre de formation et créer un vivier de talents pour alimenter l’équipe première", explique Josh Wander.

"Les garanties qui ont été apportées ont été très claires. Je m’en réjouis. En ce qui me concerne, nous sommes satisfaits de ces échanges", a réagi à notre micro le maire de Saint-Ouen.

Mais du côté des supporters, on n’est pas vraiment convaincu par la prestation des nouveaux propriétaires. "On a surtout eu une compilation de mots creux en fait. On n’a pas clairement vu les objectifs : ils sont là pour combien de temps ? Combien d’argent vont-ils mettre ? Ou encore quelle est leur stratégie de développement sportif ?", estime de son côté Vincent Chutet-Mézence.

"Réseau de clubs"

Rappelons que 777 Partners – fond aux quatre milliards d’euros d’actifs – s’est déjà fait connaitre sur la planète football en rachetant plusieurs clubs à travers le monde comme le Genoa CFC (Italie), Vasco de Gama (Brésil) ou encore le Standard de Liège (Belgique).

"L’idée est de créer un réseau de clubs, peut-être se prêter des joueurs entre clubs, et parvenir à développer une identité commune en terme de football et aussi financière. Voir ce qui marche dans un club, et éventuellement le reporter dans un autre", explique Maxime Jacques, journaliste à la Dernière heure et spécialiste du Standard de Liège.

Les supporters du Red Star sont vent-debout contre l'arrivée du foot-business à Saint-Ouen. Dès la saison prochaine, ils mettront la pression sur les nouveaux propriétaires, disent-ils.