Vente du Red Star à 777 Partners : "C'est un bras d'honneur aux 125 ans d'histoire du club"

Publié le
Écrit par Tom Rousset

Le Red Star a officialisé ce mercredi la vente de 100% des parts du club au fonds d'investissement américain 777 Partners. Une annonce qui crispe les supporters de l'équipe de Saint-Ouen.

"On nous vend sans cesse l'image d'un club fier de son ancrage local et on le vend à un fonds d'investissement situé à des milliers de kilomètres de chez nous, cela n'a pas de sens". Pour les supporters du Red Star, la pilule ne passe pas. Le club historique de Saint-Ouen qui évolue cette saison dans le championnat de National, a été vendu ce mercredi au fonds d'investissement américain 777 Partners. "C'est antinomique, ce fonds possède déjà cinq clubs à travers le monde, Il est impossible qu'il soit autant attaché au club que nous le sommes", s'insurge Vincent Chutet-Mézence, président du collectif de supporters Red Star Bauer. Des craintes qui n'ont pas été apaisées par la promesse des dirigeants de garder intacte "l'ADN du club".

À 35 ans, Vincent Chutet-Mézence suit le club depuis 1994 et vit ce rachat comme une insulte envers l'histoire de son équipe de cœur. "C'est un bras d'honneur au 125 ans d'histoire du Red Star et à tous ceux qui le soutiennent depuis des années au gré des saisons parfois difficiles", souligne-t-il.

Enfin, les supporters craignent que ce rachat nuise à l'image populaire du club audonien. "Lorsqu'on supporte ce club, on s'inscrit dans la tradition d'une institution qui a une réputation en tant que club du peuple bien loin des tractations financières d'un fonds d'investissement", souligne Vincent Chutet-Mézence.

   

"Les dirigeants tentent de nous marginaliser"

Le responsable du kop dénonce une "tentative de marginalisation" de la part des dirigeants à l'égard des supporters opposés au rachat. "Ils essaient de faire croire que nous représentons une frange radicale parmi les supporters alors que la majorité d'entre-nous est contre cette vente". Le souhait des supporters : "que les Américains nous rendent vite notre club", selon lui. 

À Saint-Ouen, la grogne gagne également les commerçants comme Yacine Saada, co-gérant du bar l'Olympic, lieu de réunion des supporters audoniens situé aux abords du stade Bauer. "En tant que supporter, ce rachat me fait mal au cœur, car j'aurais préféré que le club soit vendu à un investisseur qui connaît mieux le football et notre équipe", indique-t-il.

Des propos auxquels il apporte une nuance en évoquant la dichotomie dans laquelle il se trouve en tant que commerçant. "Je suis amoureux du Red Star donc lorsqu'on s'en prend à l'identité du club, cela me touche. En revanche, j'ai conscience que la mue du club et notamment l'arrivée du nouveau stade de 10 000 places sera bénéfique à mon activité les soirs de match".