Saint-Denis (93) : la basilique profanée, deux vitraux cassés et l'orgue inutilisable

Deux vitraux de la basilique Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ont été fracturés la semaine dernière par un individu qui s'est introduit dans l'édifice religieux. / © Saadia Tamelikecht/DRAC Île-de-France
Deux vitraux de la basilique Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ont été fracturés la semaine dernière par un individu qui s'est introduit dans l'édifice religieux. / © Saadia Tamelikecht/DRAC Île-de-France

Une plainte a été déposée ce vendredi matin et le commissariat de Saint-Denis a ouvert une enquête pour "dégradation de biens publics".

Par Loic Blache

C'est l'organiste qui a découvert les dégradations dimanche dernier, en constatant que l'orgue ne fonctionnait plus. Durant la semaine dernière, un individu aurait escaladé les échaffaudages présents autour de la basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour pénétrer à l'intérieur de l'édifice en fracturant un vitrail du triforium. Il s'est ensuite introduit dans l'instrument pour y dérober des lests, ces poids indispensables à l'orgue et qui lui permettent d'avoir un air sous pression.

Selon Saadia Tamelikecht, la conservatrice de la basilique, l'individu s'est ensuite retrouvé coincé à l'intérieur de l'instrument et a fracturé deux portes pour en sortir. Pour repartir de l'édifice, il a cassé un deuxième vitrail. Mais voyant qu'il ne pouvait redescendre au sol (ces vitraux sont à 15 mètres de hauteur), il a laissé sur place les lests qu'il avait dérobés et est reparti par le vitrail par lequel il était arrivé. "En cassant les vitraux, la personne s'est coupée et a perdu du sang", précise la conservatrice.
 

40 à 50.000€ de préjudice

"En 30 ans, c'est la première fois que je vois cela", poursuit Saadia Tamelikecht. "Ce n'est probablement pas un amateur parce qu'il connaissait le lieu." La conservatrice estime entre 40 et 50.000€ le coût des réparations. Le plus urgent concernera l'orgue -qui est inutilisable- afin qu'il soit opérationnel pour un événement prévu début avril. La réparation des vitraux prendra, elle, plus de temps, sans doute plusieurs mois. Mais cela n'empêchera pas la paroisse d'ouvrir ses portes aux fidèles et aux visiteurs ce week-end.

Sur Twitter, le président du département de la Seine-Saint-Denis a condamné "avec une extrême sévérité ceux qui s'en prennent ainsi à des lieux de culte et à notre patrimoine historique et culturel".

Le commissariat de Saint-Denis a ouvert une enquête pour "dégradation de biens publics" et une plainte a été déposée ce vendredi matin.

A lire aussi

Sur le même sujet

Un rassemblement de soutien pour Mathieu Hillaire

Les + Lus