Un Soir à Paris tout en musique

© Jean Laurent Serra
© Jean Laurent Serra

Du swing au féminin avec le festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés, de la danse sensuelle avec le spectacle Soy de Cuba et de l’opéra avec la diva Patricia Petibon transformée en princesse « raiponce» façon Debussy, Jean-Laurent Serra vous emmène Un Soir à Paris.

Par Isabelle Audin

Du souffle et du swing pour la 17ème édition du festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés dans le 6ème arrondissement avec cette année une partition ouverte sur le Groove au féminin.
© Jean Laurent Serra
© Jean Laurent Serra
Pluriel, coloré et féminin. Le répertoire de la trompettiste Airelle Besson sonne la mélodie d’un jazz aussi puissant qu’aérien. Eclairée depuis son plus jeune âge par l’amour de la musique et des instruments, Airelle découvre la trompette à l’âge de sept ans et demi et le violon deux ans plus tard.  Egalement chef d’orchestre et compositeur, la jeune prodige collectionne les récompenses. C’est elle qui ouvre cette 17ème édition. Un symbole pour le festival qui prône depuis sa création, les mélanges de styles et de saveurs. Car pour ce concert en l’Eglise de Saint-Germain-des-Prés, la trompettiste s’est entourée du violoncelliste Vincent Ségal et de l’accordéoniste Lionel Suarez. Une soirée qui s’annonce virtuose et colorée.

Dans un répertoire plus pop, une autre femme est mise en avant cette année. La chanteuse Anne Ducros fera vibrer l’université Panthéon-Sorbonne avec des grands airs de l’histoire de la musique vocale. D’Ella Fitzgerald à Joe Cocker, Anne chantera cette fabuleuse partition avec un orchestre symphonique constitué de virtuoses de la musique classique et de musiciens rompus aux bigbands de jazz. Une soirée forcément flamboyante et grandiose.
« Jazz à Saint-Germain-des-Prés » jusqu’au 22 mai. Paris 6ème
>>> En savoir plus 
17ème festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés


© Jean Laurent Serra
© Jean Laurent Serra
Des marionnettes pour enfants mais aussi pour les parents ! La maison des métallos située dans le 11ème arrondissement célèbre la vitalité et la richesse de la biennale internationale des arts de la marionnette.

Un coup de ciseau et hop elles prennent vie, comme par magie. Du théâtre de papier à la poupée incarnée, les marionnettes émerveillent autant qu’elle interrogent. Alors, pour rendre compte de l’incroyable vitalité de ce genre, la biennale internationale présente 30 spectacles sélectionnés pour leurs curiosités et leurs savoir-faire. Ce rendez-vous qui est devenu incontournable pour les amoureux de la marionnette, offre une palette de spectacles à la croisée des disciplines. Vidéo, danse ou encore théâtre d’objets, la biennale régénère le répertoire et le dépoussière.

Non, la marionnette n’est plus réservée aux enfants. Comment vivre ensemble, quels sont les règles du pouvoir ? Autant de questions abordées dans les spectacles que propose la maison des métallos mais également d’autres lieux comme le Mouffetard à Paris ou encore le théâtre du fil de l’eau à Pantin. Car après une première semaine passée à la maison des métallos, la biennale poursuit son aventure ludique et didactique dans une dizaine de villes de la région. Finies les idées reçues !

« Biam » jusqu’au 14 mai à la Maison des Métallos. Paris 11ème. Puis jusqu’au 2 juin dans la région.
>>> En savoir plus 

© Jean Laurent Serra
© Jean Laurent Serra
La diva Patricia Petibon en princesse Raiponce ou presque ! Le théâtre des Champs Elysées présente Pelléas et Mélisande de Claude Debussy, un opéra inspiré par le conte des frères Grimm et la légende de Tristan et Yseult.

Avec ses longs cheveux, vraiment très longs, Patricia Petibon incarne Mélisande dans une production dont la mise en scène est confiée à Eric Ruf, le patron de la Comédie Française. Un choix presque naturel.

Considéré, en effet, comme le drame lyrique absolu, l’opéra de Debussy est un graal à la recherche de l’amour absolu, un formidable terreau pour cet homme de théâtre qu’est Eric Ruf. Le metteur en scène a joué sur l’originalité de Pelléas et Mélisande qui fut composé comme un opéra-théâtre oscillant entre musique et livret, un équilibre presque parfait entre le texte et le chant. Peu de décors, une atmosphère sombre et profonde qui porte cette histoire aussi belle que dramatique.  Pelléas et Mélisande c’est du « chanter parler » d’amour.
« Pelléas et Mélisande » jusqu’au 17 mai au Théâtre des Champs Elysées. Paris 8ème
>>> En savoir plus  

© Jean Laurent Serra
© Jean Laurent Serra
Petites robes virevoltantes et salsa, le spectacle Soy de Cuba est en tournée dans la région avec ses danses traditionnelles et sensuelles.
C’est une sorte de Dirty dancing à la mode Cubaine, l’histoire d’Alaya, une jeune danseuse qui vit à la campagne et qui va tenter sa chance à La Havane, la capitale de Cuba. La jeune femme deviendra la reine du club « Soy de Cuba » et vivra une folle histoire d’amour.

Accompagnés par un orchestre live, les danseurs racontent cette folle aventure sur des airs de salsa et de Chachacha ou encore de Mambo. Un plongeon sensuel et rythmé dans la culture et les traditions de cette ile, véritable perle des caraïbes. Difficile de résister aux charmes et à la tentation de « Soy de Cuba ». A vos ballerines ça va chauffer !

« Soy de Cuba » le 13 mai à Sainte Geneviève des Bois (91) et le 19 et 20 mai au Palais des Sports. Paris 15ème
>>> En savoir plus 

Sur le même sujet

Journée de chasse en Seine-et-Marne

Près de chez vous

Les + Lus