Cet article date de plus de 3 ans

Trois ans après la tuerie, Charlie Hebdo vit mal sa mise sous protection permanente

En hommage aux victimes de la tuerie de janvier 2015, le mensuel Charlie Hebdo a sorti mercredi un numéro spécial. Trois ans après l'attentat qui a décimé sa rédaction, Charlie Hebdo revient dans un numéro anniversaire sur ce traumatisme qui continue de bouleverser profondément son fonctionnement.

© F3
Trois ans dans une boite de conserve, c'est l'image qui illustre la Une du Charlie Hebdo de cette semaine. Ce numéro est un hommage aux 12 membres de la rédaction tués le 7 janvier 2015 mais aussi un cri d'alarme. Dans ce numéro, les rescapés évoquent leur vie, sous protection permanente...

durée de la vidéo: 01 min 48
Trois ans après la tuerie, Charlie Hebdo vit sous protection

Escorte policière permanente, avalanche de menaces sur les réseaux sociaux, un coût très élevé pour le journal de la sécurisation permanente... Ce numéro dévoile les conséquences de l'attentat sur les conditions de travail au jour le jour. Riss, directeur de la rédaction, déplore notamment le coût très lourd de la protection des locaux, "entre 1 et 1,5 million d'euros par an, entièrement à la charge du journal" soit l'équivalent de près de 800.000 exemplaires par an.

La liberté d'expression combien ça coûte? 


"Est-il normal pour un journal d'un pays démocratique que plus d'un exemplaire sur deux vendus en kiosque finance la sécurité des locaux et des journalistes qui y travaillent ?", regrette Riss dans son éditorial, estimant que la liberté d'expression "est en train de devenir un produit de luxe".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attaque au siège de charlie hebdo faits divers terrorisme presse économie médias sécurité société