Une assurance spécifique pour son vélo : une dépense pas forcément utile

© IP3Press/MaxPPP
© IP3Press/MaxPPP

500.000 vélos sont volés chaque année en France, la majorité en ville et surtout en Île-de-France. Pour autant, faut-il assurer son vélo contre le vol ? Pas sûr, compte tenu des conditions imposées par les assureurs et des nombreuses exceptions.

Par Christian Meyze

Précisons d'abord que juridiquement, pour circuler à vélo, une assurance n'est pas obligatoire, contrairement à la moto ou à la voiture. Par précaution néanmoins, vérifiez donc comment vous êtes couvert par votre assurance habitation et responsabilité civile dans le cas où il vous arriverait quelque chose, mais aussi pour les dommages que vous pourriez causer.

La multirisque de votre habitation

Plus largement, c'est cette même assurance habitation et multirisques (obligatoire pour toute habitation) qui couvre votre vélo. Comment ? Là encore une petite vérification s'impose pour information. Normalement, cette assurance vous couvre à minima, c'est à dire lorsque votre vélo se trouve à votre domicile ou dans le coffre de votre voiture. Il agit donc également lorsque vous êtes sur votre vélo.

C'est en dehors de ces situations, autrement dit quand votre vélo est à l'extérieur, stationné quelque part (et attaché cela va de soi) que le problème se pose !

Comme pour un scooter, une moto ou une voiture, les assureurs peuvent vous proposer un contrat spécifique pour assurer votre vélo ou un contrat groupé, avec votre assurance voiture par exemple. Mais dans le cas d'un vélo, sans doute parce que c'est un objet particulièrement volé et particulièrement simple à voler, les cas sont nombreux où l'assurance ne s'appliquera pas.

Une longue liste de restrictions

La première exception est évidente : si votre vélo n'est pas attaché par un antivol, l'assurance ne s'appliquera pas. Soit. Mais en réalité, la plupart des assurances exigent qu'il soit attaché par un antivol spécial, qui englobe les deux roues, dont la forme fait un U et même parfois agréé par la FUB, la Fédération Française des Utilisateurs de bicyclettes ! Bien sûr l'antivol devra être attaché également à un point fixe.

Vélo volé, oui... mais dans la journée s'il vous plaît !

La seconde exception est beaucoup plus surprenante : très peu de contrats vous rembourseront si votre vélo est volé la nuit entre 21 heures et 7 heures du matin ! Si l'on vous vole votre bicyclette, il faut que cela se passe dans la journée ! Pourquoi pas aux heures de bureau seulement !

Troisième restriction : dans la plupart des contrats, vous êtes limité à un vol par an. Quand on sait qu'à Paris ou en Île-de-France, il n'est pas rare de se faire voler son vélo dans les trois à six mois qui suivent son achat ... cela signifie que le suivant ne pourra pas être assuré.

Quatrième et cinquième exceptions : vous devez avoir acheté votre vélo neuf (en principe depuis moins de 45 jours). Vous ne pourrez pas assurer un vélo d'occasion. Bien sûr, vous serez en mesure de produire la facture d'achat de votre vélo, mais aussi celle de votre ou de vos cadenas. 

Enfin, votre vélo sera assurable pour un an, au maximum pour deux ans. Après, s'il n'a pas été volé entre temps, vous devrez être votre propre assureur.
De toutes façons, même pendant les deux premières années de votre bicyclette, en cas de vol, une décote de 12 à 20 % par an sera appliquée sur son éventuel remboursement.

Ah ! Et puis, de plus en plus, on exigera que votre vélo soit "marqué" et enregistré auprès de la centrale de l'association qui gère ce marquage.

Si donc, vous avez toujours l'intention d'assurer votre vélo, sachez que les prix sont fonction du prix d'achat du vélo, mais compris environ entre 30 et 70 euros par an, selon les conditions du contrat.

Sur le même sujet

Les + Lus