Coronavirus : les difficultés de l'école à distance

Depuis le 16 mars, les enfants font l'école à la maison. / © DR
Depuis le 16 mars, les enfants font l'école à la maison. / © DR

Depuis le lundi 16 mars, les établissement scolaires sont fermés. Les élèves et les professeurs doivent continuer l'apprentissage à distance. Un boulerversement pas facile à mettre en place notamment à Eaubonne dans le Val d'Oise.
 

Par Morgane Prevost

« On tatonne, on cherche nos marques ». Nicolas Clamart, professeur de mathématiques au collège Chenier à Eaubonne dans le Val d'Oise découvre comme ses collègues l’enseignement à distance depuis plus d’une semaine. Un challenge pour ce professeur qui a dans le même temps attrapé le covid 19. « L’avantage, c’est qu’on peut faire une classe virtuelle même avec de la fièvre !», plaisante l’enseignant.
Comme beaucoup, il a été confronté à des difficultés techniques pour utiliser les outils mis à la disposition des élèves et enseignants pour échanger.  « Le problème c’est que l’ENT [les espaces numériques de travail NDLR] ne tient pas la charge, il sature complètement. »  Alors, l’enseignant a dû trouver des solutions alternatives.  Il a decidé de créer une chaine Youtube et a mis en ligne un tuto sur le théorème de Thalès. « Tout écrire c’est compliqué, là ca permet de faire une relecture comme en classe », affirme t-il. "C'est assez enthousiasmant, on découvre de nouvelles facons de travailler.», poursuit-il. 

Des inégalités d’accès aux enseignements en ligne

Mais sur ses 117 élèves, tous n’ont pas accès aux enseignements en ligne. Yousra, élève en 6e dans sa clsse n’a pas d’ordinateur. « Je n’ai pas internet », nous raconte sa maman. « Sa grande sœur a un  PC par le lycée mais élève en seconde, elle a trop de travail pour pouvoir le partager. » 
 Yousra va donc travailler chez une collègue de sa maman pour profiter de son ordinateur. « Le problème, c’est qu’on ne peut accéder au site que vers 7h le matin ou 23heures, à cause de l’affluence », nous raconte sa collègue qui télécharge et imprime les exercices pour Yousra. Mais avec ces difficultes techniques, elle a pris un peu de retard. « J’ai peur que les profs me grondent parce que je n'arrive pas à faire mes devoirs. », s’inquiète t-elle.

Beaucoup de travail pour les élèves et les profs

Des devoirs, il semble y en avoir beaucoup. Yousra a reçu des exercices dans toutes les matières, francais, maths,musique… « Je travaille même le week-end ! », nous raconte t-elle. Une augmentation d’activité aussi pour les professeurs. « Je travaille 5 fois plus, assure Nicolas Clamart. On est peut-être parti sur un rythme un peu trop rapide», reconnait-il. Il assure que les professeurs feront preuve de souplesse avec les élèves et la charge de travail pourrait diminuer.  Une nouvelle  rassurante pour Yousra, d'autant qu'il n'y avait plus de papier à imprimer dans les magasins à Eaubonne ces derniers jours. 
Selon le ministre de l'Éducation, le scénario privilégié est celui d'un retour en classe après les dernières vacances de printemps, le 4 mai.
 

Les 3 conseils de M.Clamart, professeur de maths à Eaubonne

  1. Ne pas paniquer ! Les choses vont se mettre en place. On va y arriver ensemble.
  2. Prendre le temps et trouver son propre rythme. Il faudrait que les élèves réussisent a créer leur propre emploi du temps. Il ne faut pas forcement travailler 8 heures par jour.
  3. Ne pas hésiter à regarder les tutos sur internet. Et si l’élève n'y arrive pas: attendre l’aide du professeur.
     

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus