Féminicide dans le Val-d'Oise : la mère de famille tuée mi-juillet avait vu sa demande de protection rejetée

Hadjira, 45 ans, tuée mi-juillet à son domicile de Franconville, dans le Val-d'Oise, avait vu sa demande d'ordonnance de protection rejetée par la justice début mai, trois mois avant sa mort. Elle avait également porté plainte contre son mari.

"Sur l'existence d'un danger réel et actuel pour la victime et les enfants du couple, aucun élément ne vient l'étayer", avait estimé le juge des affaires familiales dans son ordonnance de rejet d'une mesure de protection, datée du 2 mai, consulté par l'AFP et confirmant une information du Parisien. Moins de trois mois plus tard, Hadjira a été trouvée morte le 21 juillet, gisant dans une mare de sang en plein milieu du salon du domicile conjugal.

C'est son frère, inquiet de voir ses appels rester sans réponse, qui avait alerté les services d'urgence. Dans l'appartement, les secours avaient alors pris en charge le mari d'Hadjira, retrouvé inconscient dans la cuisine, après avoir absorbé des médicaments, avait relaté une source policière.

Ayant reçu "plusieurs coups de couteau au niveau du thorax", la victime avait succombé à ses blessures avant l'arrivée des secours. Son conjoint avait dû être hospitalisé. Agé de 51 ans, il avait été mis en examen pour "homicide par conjoint" et écroué le 27 juillet, selon le parquet de Pontoise. Présents dans l'appartement aux moments des faits, les deux enfants du couple, âgés de deux et quatre ans, ont été pris en charge par des services spécialisés du "protocole féminicide", d'après la même source.

"Un mépris des témoignages des proches"

L'avocate de la famille d'Hadjira dénonce l'injustice dont a été, selon elle, victime la quadragénaire car elle avait, le 10 janvier, porté plainte contre son mari et était alors partie s'installer chez son frère. Le refus, en mai, de l'ordonnance de protection "a été un effondrement pour elle (Hadjira), de ne pas être crue par la justice", a assuré mercredi soir à l'AFP Me Pauline Rongier. "Elle était menacée de ne plus voir ses enfants donc il (son mari) la tenait", explique l'avocate, interrogée sur la récente reprise de la vie commune du couple.

"C'est aussi un mépris des témoignages des proches, du travail des associations de terrain qui avaient fait des attestations pour signaler leurs inquiétudes au magistrat"

Me Pauline Rongier

avocate de la famille

"C'est aussi un mépris des témoignages des proches, du travail des associations de terrain qui avaient fait des attestations pour signaler leurs inquiétudes au magistrat", a insisté Me Rongier, soulignant qu'Hadjira avait, à la suite de sa plainte en janvier, été soutenue par les associations Du côté des femmes et Solidarités femmes.

Le nombre de féminicides a augmenté de 20% en France en 2021 par rapport à l'année précédente, avec 122 femmes tuées sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint, selon les derniers chiffres disponibles du ministère de l'Intérieur.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité