Incendié lors des émeutes, le centre culturel Camille Claudel de Saint-Gratien sera bien reconstruit

Dans un courrier adressé aux habitants des Raguenets, un quartier de Saint-Gratien dans le Val-d’Oise, le maire LR Julien Bachard, annonce la reconstruction du centre culturel incendié lors des émeutes de juin. Une reconstruction qui avait été conditionnée à la délation des auteurs de l'incendie.

Suite à l'incendie du centre culturel dans la nuit du 29 au 30 juin, le maire avait dans un premier courrier daté du 30 juin appelé les habitants des Raguenets à "communiquer" des "informations", sans quoi la reconstruction des lieux dégradés ne serait pas engagée.

Dans ce courrier qui avait suscité la polémique dans la commune, il demandait notamment les noms des émeutiers, considérant tout silence comme de la complicité.

"Il est indispensable que (...) vous gardiez vos enfants chez vous, le soir. Il est également de la responsabilité de chacun d’entre vous de nous communiquer les informations qu’il possède. Tant que nous posséderons (sic) pas les noms des auteurs des faits, aucuns travaux (sic) de reconstruction ne sera engagé. Le seuil de tolérance est largement dépassé et maintenant la neutralité est considérée comme de la complicité.".

Un appel à la délation qui avait suscité la polémique

Des menaces choquantes pour Emmanuel Mikael, conseiller municipal MoDem à Saint-Gratien. "Menacer de ne pas reconstruire, ça crée encore plus de fractures dans l’imaginaire des gens qui pensent qu’ils ne comptent pas pour la municipalité", expliquait l'élu, interrogé en juin dernier par France 3 Ile-de-France.

Finalement le 28 août, dans un nouveau courrier adressé aux habitants du quartier de Raguenets, le maire annonce la réouverture du centre culturel en deux temps et remercie les habitants ayant fourni des témoignages. "Je tiens à vous remercier, car, grâce à vos témoignages et aux images de vidéo protection, la police nationale a pu procéder à l’interpellation de certains des individus qui avait participé à ce déferlement de violence", est-il écrit dans ce courrier.

Si l'élu municipal est aujourd'hui satisfait que la reconstruction soit de nouveau une priorité du maire, il regrette toutefois que cette décision prise sans concertation avec l’ensemble du conseil municipal, valorise "une sorte de délation".

"Je ne pense pas que ce soit la bonne méthode", explique-t-il. "Si on a pu démasquer les fauteurs de troubles, c’est essentiellement grâce à la vidéosurveillance", estime l'élu. "Dans ce quartier, les vidéos de surveillance sont nombreuses, sur le mandat, nous sommes à plus de 10 millions de financement d’équipement de sécurité", poursuit-il.

Pas de conseil municipal depuis juin

"Depuis la destruction du centre Camille Claudel, il n’y a pas eu de conseil municipal", note l'élu. "Apparemment, Il y a eu des réunions, mais sans les élus minoritaires qui représentent quand même 40 % du conseil municipal". "Nous n'avons pas eu de mail non plus de la part du maire. On l’a appris en même temps que les habitants", déplore l'élu.

Il regrette aussi un manque d'égalité d'accès à l'information. "Le courrier de la mairie qui annonce la reconstruction partielle du centre n’a pas été envoyé à tous les habitants de la ville, mais seulement aux habitants du quartier des Raguenets, soit 6 000 habitants sur 21 000". "C’est un peu limite", estime l'élu.

Le prochain conseil municipal est prévu à la fin du mois de septembre

Emmanuel Mikael attend également de savoir quelles seront les modalités de reconstruction. "Est-ce que l'on va associer les habitants et profiter de la reconstruction pour créer du lien entre les gens ?", se demande-t-il. "En tout cas, c’est ce que je proposerai au conseil municipal. Que l’on puisse travailler avec les habitants, que l’on ne soit pas dans une reconstruction stricto sensu mais plutôt sur un outil de participation citoyenne".

"Ce lieu culturel accueillait un nombre incalculable d’activités avec les associations". "C’est le cœur du quartier, un lieu de vie et de mixité avec un lien social hyper fort." "Il était indispensable pour la cohésion de la ville que le centre Camille Claudel soit reconstruit", ajoute Emmanuel Mikael.