Un père de famille roué de coups dans une laverie automatique pour avoir demandé à un autre client de porter son masque

Un homme a été violement agressé par 4 personnes sous les yeux de ses enfants dans une laverie à Soisy-sous-Montmorency dans le Val-d'Oise dimanche dernier. Il aurait demandé à un autre client de respecter le port du masque, obligatoire dans ce lieu clos.
Le père de famille a été roué de coups dans une laverie automatique
Le père de famille a été roué de coups dans une laverie automatique © Images vidéo surveillance

"J'ai tout simplement demandé à un jeune homme de porter le masque car il était à côté de moi alors que je pliais mon linge propre", explique Augustin M. Quelques minutes plus tard, ce père de famille est roué de coups de batte de base-ball et perd connaissance devant ses 2 enfants de 5 et 7 ans. L'agression a eu lieu dimanche dernier en fin d'après-midi dans une laverie automatique située dans un quartier populaire de Soisy-sous-Montmorency, une petite commune du Val-d'Oise.

"La mère d'un des agresseurs était également là. Elle ne portait pas le masque mais elle était à distance, à plus de 3 mètres alors je ne lui ai pas demandé de mettre son masque", explique cet homme de 44 ans.
 

Battu à coups de batte de base-ball

Augustin M. aurait demandé à plusieurs reprises au jeune homme de porter son masque. Mais celui-ci refuse. "Le jeune homme non masqué est sorti de la laverie puis il est revenu avec son frère. Il a ensuite appelé deux autres personnes munies de batte de base-ball en métal. Ils m'ont roué de coups dans le bas du dos, sur le crâne, le bras. J'ai perdu connaissance. J'ai beaucoup saigné et mes enfants m'ont trouvé dans une marre de sang" , poursuit le père de famille.

L' homme a été transporté à l'hôpital d'Eaubonne. Il souffre d'un traumatisme crânien, de contusions et de douleurs lombaires, selon le rapport médical.  "J'ai eu six points de suture derrière le crâne, juste au dessus de ma nuque. S'ils touchaient ma nuque c'était fini, à deux centimètres près c'était la morgue. Mais attendez...pour un masque ?", s'indigne ce père de famille. "Mes enfants sont traumatisés, l'un pleure tout le temps et l'autre a du mal à dormir. Ils m'ont vu insconscient".
 

On s'attend à mourir du Covid-19 mais pas mourir parce que justement on ne veut pas mourir du Covid

Augustin M. ne comprend pas ce déchaînement de violences. "Je ne connais pas ces gens, je ne comprends pas cette violence. J'habite le quartier depuis 30 ans, je connais tout le monde. Ce ne sont pas des jeunes mais des hommes d'une quarantaine d'années".

La consigne du port du masque, obligatoire dans les endroits clos pour limiter la propagation du coronavirus, est affichée dans la laverie, a confirmé un membre du conseil syndical de la résidence. 

La victime a porté plainte lundi. "Pour moi c'est une tentative de meurtre. La police a voulu requalifier cela en violences aggravées, je ne suis pas d'accord. C'est vraiment une tentative de meurtre puisqu'ils sont venus avec les battes", explique t-il.  Aujourd'hui, il va mieux mais souffre de nombreuses contusions.

Le département du Val-d'Oise placée en "vigilance modérée"

Le masque est obligatoire dans les lieux clos comme cette laverie ou les commerces. Le département du Val-d’Oise connait une recrudescence de cas de Covid-19. Plusieurs villes du département comme Enghien-les Bains ou Sarcelles demandent aux habitants de porter un masque dans certaines rues ou dans les marchés. Santé publique France a classé le département en « vigilance modérée au Covid-19 », après une augmentation du nombre de contaminations et d’hospitalisations ces 2 dernières semaines.
 

           

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société faits divers