Policiers agressés à Herblay : un suspect déféré

Publié le
Écrit par Carlotta Ranieri .

L’un des trois suspects de l’attaque contre deux policiers à Herblay (Val-d’Oise), le 7 octobre, a été présenté à un juge d’instruction en vue de sa mise en examen, a annoncé le parquet de Pontoise

Le suspect s’était livré vendredi aux forces de l’ordre. Au terme de 96 heures de garde à vue, ce mardi le parquet de Pontoise a annoncé que l’homme de 28 ans a été déféré devant un juge d’instruction en vue d'une mise en examen pour "tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique". Le parquet a requis son placement en détention provisoire.

Déjà connu des services de police pour trafic de stupéfiants, l’individu s’est présenté comme un des trois agresseurs qui ont attaqué par balles deux policiers qui étaient en mission de surveillance à Herblay le 7 octobre dernier.

Les deux fonctionnaires de la police judicaire de Cergy, âgés de 30 et 45 ans, en civil étaient en planque dans une voiture banalisée avenue du Gros Chêne, une zone industrielle de la commune du Val-d'Oise. Selon certaines sources, ils surveillaient un garage clandestin. Vers 22 heures, trois personnes sont arrivées aux abords de la voiture des policiers, pensant avoir à faire à "des gens du voyage" selon une source policière. Les deux agents ont décliné leur profession ce qui n'a pas empêché les trois individus de les extraire de leur voiture et de les frapper violemment. Dans la lutte, les agresseurs leur ont dérobé leurs armes de service, une radio et un téléphone portable. Ils ont ensuite ouvert le feu sur eux tirant 7 balles. Les deux policiers ont été grièvement blessés.
 
L'un des policiers, touché par quatre impacts de balles notamment au niveau de la vessie et de l'artère fémorale, est gravement blessé. Frappé, il souffre aussi d’un traumatisme crânien. Il est hospitalisé à l’hôpital Beaujon à Clichy. Le second policier a reçu deux impacts de balles à la cuisse et à la jambe. Lui aussi a été roué de coups à la tête. Il a été hospitalisé au centre hospitalier de Pontoise.

"Les fonctionnaires de police victimes des violences et des tirs  sont toujours hospitalisés. L’état de santé du brigadier de police reste stable", a fait savoir le parquet de Pontoise.
 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité