Triangle de Gonesse : avec la construction de la ligne 17, le risque d'avoir une gare dans un champ

Une association d'usagers a demandé le gel des travaux de la ligne 17 du futur métro du Grand Paris qui doit relier Saint-Denis au Mesnil-Amelot. La ligne dessert notamment le Triangle de Gonesse, lieu où devait être construit le projet (abandonné) de méga centre commercial EuropaCity.

Le Triangle de Gonesse en 2013. Une station de métro pourrait y être construite.
Le Triangle de Gonesse en 2013. Une station de métro pourrait y être construite. © IP3 PRESS/MAXPPP

Quand les usagers de la ligne 17 sortiront de la gare du Triangle de Gonesse, en 2030 si le projet est mené à son terme, nul ne sait ce qu'ils verront. Et c'est bien le cœur du problème que pose la Fédération nationale des usagers de transports (Fnaut) dans un courrier envoyé au Premier ministre, Jean Castex, ce mercredi.

"Il y a un vrai risque d'avoir une gare au milieu de rien, dans un champ", explique ainsi Marc Pélissier, président de la Fnaut Ile-de-France. Car la gare, souterraine, devait desservir le méga-complexe EuropaCity. Un projet envisagé en 2012 et définitivement abandonné en novembre 2019.

"Depuis, l'avenir de ce secteur est totalement flou. Il y a eu un rapport qui envisageait différentes hypothèses, mais il n'y a aucun projet sérieux. On ne construit pas une gare de métro dans un champ dont on ne sait pas ce qu'il va se passer autour. La justification qui pouvait exister n'existe plus", poursuit Marc Pélissier.

Des militants veulent créer une ZAD

Un courrier qui intervient alors que le Premier ministre doit prendre des décisions sur l'avenir du site. Depuis dimanche, des militants sont venus s'installer pour créer une "zone à défendre" (ZAD). Ils contestent eux aussi la création de cette gare, qui, selon eux, entraînerait fatalement l'urbanisation du secteur.

Le projet de la ligne 17, qui doit relier Saint-Denis au Mesnil-Amelot en passant par le Val d'Oise et l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, est chiffré à 3 milliards d'euros et 40% de la fréquentation de la ligne devait venir d'EuropaCity. "Il n'y aura jamais d'habitants autour de cette gare parce qu'elle est dans la zone de bruit de l'aéroport de Roissy", indique le responsable francilien de la fédération.

Selon la Fnaut, c'est donc la totalité de la ligne qui doit être repensée. "Cumulée avec l'incertitude sur le terminal 4 de Roissy, la rentabilité socio-économique de la ligne 17 n'est plus du tout établie", d'autant que la zone n'est pas très peuplée, assure-t-elle.

"La ligne 17 garde son utilité"

"Qu'on fasse ou qu'on ne fasse pas Europacity, la ligne 17 garde son utilité" car elle est "un vrai itinéraire des transports du quotidien", a récemment affirmé Thierry Dallard, le président de la Société du Grand Paris (SGP) chargée de construire le supermétro autour de la capitale.

Il attend néanmoins de savoir ce que l'État compte construire, ou non, sur le site pour reconfigurer la gare prévue au Triangle de Gonesse, désormais annoncée pour 2028.

De son côté, la Fnaut aimerait que l'argent de cette ligne serve plutôt à améliorer le RER D qui adopte un tracé proche de la ligne 17.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
métro économie transports transports en commun