Triangle de Gonesse : une "Zone À Défendre" lancée contre le projet de gare

Plus d’un an après l’abandon d’EuropaCity, des militants écologistes appellent à "occuper" le Triangle de Gonesse, "pour sauver les terres agricoles". Ils s’opposent à la construction d’une gare pour la future ligne 17 du métro.

Des cabanes ont commencé à être installées.
Des cabanes ont commencé à être installées. © CPTG

"Occupation de la ZAD". Le Collectif Pour le Triangle de Gonesse (CPTG) a appelé ce dimanche à soutenir la mise en place d’une "Zone À Défendre" dans le Val-d’Oise, "pour dissuader la Société du Grand Paris de construire une gare sans habitant à moins de 1,7km" et s’opposer à la "bétonisation de terres fertiles à 15km de Paris".

Des cabanes ont commencé à être construites.

Le collectif s’oppose au projet de gare pour la future ligne 17 du métro, dont les travaux doivent commencer. Le CPTG dit dans un communiqué s’engager contre "toute tentative d'artificialisation et de destruction" des 110 hectares de terres agricoles concernées, et contre "la Société du Grand Paris qui veut bétonner à tout prix en construisant une gare au milieu des champs, sans le moindre projet utile justifiant l'artificialisation définitive de terres parmi les plus fertiles d'Europe".

"On est une bonne douzaine à rester sur place ce soir"

"Nous avons décidé de monter d'un cran dans l'action que nous menons depuis plusieurs années, en occupant le Triangle", annonce le CPTG dans un communiqué. Et d’ajouter : "Le Triangle nous protège des canicules et peut nous nourrir. Nous le défendrons jusqu'au bout !"

Bernard Loup, président du CPTG, explique à France 3 PIDF que "le collectif soutient ceux qui ont décidé de s'installer, mais n'a pas déclenché la ZAD". 

Les terres agricoles seront fichues. On veut un projet de transition écologiste sur le Triangle.

Bernard Loup, président du CPTG

"On nous a annoncé fin décembre que la Société du Grand Paris allait lancer les travaux fin janvier début février, poursuit Bernard Loup. On prend les devants. Le gouvernement a décidé d’abandonner EuropaCity, c’est une bonne décision mais il n’a pas encore décidé d’abandonner la gare. Les terres agricoles seront fichues. On veut un projet de transition écologiste sur le Triangle, pour relancer entre autres le maraichage."

Bernard Loup admet que le contexte rend l’occupation "complexe", mais dit "respecter le couvre-feu" : "Entre 60 et 70 personnes sont passées aujourd’hui. Ceux qui ne souhaitaient pas rester sur place à l’approche de 18h sont partis en avance. On est une bonne douzaine à rester sur place ce soir."

Le collectif met en avant le "Serment du Triangle" : une pétition en ligne "pour sauver les terres agricoles du Triangle de Gonesse" toujours "menacées par le béton". Le texte rassemble à ce stade plus de 8 700 signatures.

Le projet de mégacomplexe de commerces et de loisirs EuropaCity, lui, a été annulé sur décision de l’Elysée en novembre 2019.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement manifestation économie social