Val-d’Oise : dans la 1ère circonscription, le candidat LR accuse sa concurrente LREM d’escroquerie

Au premier tour, Antoine Savignat (17,75 %) est devancé par la candidate LREM Isabelle Muller-Quoy (35,93 %). / © Antoine Savignat
Au premier tour, Antoine Savignat (17,75 %) est devancé par la candidate LREM Isabelle Muller-Quoy (35,93 %). / © Antoine Savignat

Antoine Savignat, candidat Les Républicains, vise Isabelle Muller-Quoy (La République en marche), arrivée en tête au premier tour. Son suppléant, ex-président des prud’hommes du Val-d’Oise, serait inéligible.

Par Pierre De Baudouin

Vers où se dirige donc l’élection législative dans la première circonscription du Val-d’Oise ? Antoine Savignat - qualifié avec 17,75 % des voix pour le second tour - accuse d’escroquerie sa concurrente LREM arrivée en tête (35,93 %).

Le candidat Les Républicains vise Isabelle Muller-Quoy et surtout son suppléant, supposément inéligible.

La candidature de Michel Alexeef, président de conseil de prud’hommes de Pontoise de janvier 2016 à janvier 2017, serait invalide. D’après Antoine Savignat, la fonction est incompatible avec une élection dans l’année qui suit, selon le code électoral.

Au premier tour, la candidate LREM avait plaidé la bonne foi. La préfecture avait validé le duo, n’étant pas au courant du passé du suppléant.

Si le droit à l’erreur a été invoqué lors du dépôt de candidature au premier tour, la décision pourrait être toute différente pour le second. Pourtant, Isabelle Muller-Quoy a pour l’instant redéposé sa candidature, sans que la préfecture semble s’y opposer.

La candidature LREM invalidée ?

Antoine Savignat a donc envoyé un courrier au préfet pour rappeler l’illégalité de la candidature. Le 5 juin dernier, la préfecture avait déjà été saisie au sujet du binôme La République en Marche.

Isabelle Muller-Quoy et le camp En marche ! se défendent en attaquant à leur tour leur adversaire, jugé mauvais perdant et préférant la forme au débat de fond. 

Reste à voir maintenant si la candidature du duo Isabelle Muller-Quoy - Michel Alexeef est retoquée, ou non. Selon la candidate LREM, le conseil constitutionnel est le seul à pouvoir apporter une réponse.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Le Barbier de Séville aux talents de l'avenir

Près de chez vous

Les + Lus