Val d'Oise – Deux adolescents ont tiré à la carabine à plomb devant une synagogue à Sarcelles

Deux adolescents ont été mis en examen pour avoir tiré à la carabine à plomb devant une synagogue de Sarcelles (Val-d'Oise), vendredi 15 février. Ils ont légèrement blessé un homme au mollet. Le juge n'a finalement pas retenu la circonstance aggravante d'antisémitisme.
Deux adolescents ont tiré à la carabine à plomb devant cette synagogue, à Sarcelles (Val d'Oise). L'antisémitisme n'a pas été retenu.
Deux adolescents ont tiré à la carabine à plomb devant cette synagogue, à Sarcelles (Val d'Oise). L'antisémitisme n'a pas été retenu. © Tania Watine - France 3 Paris - Île-de-France
Les deux jeunes, âgés de 15 et 16 ans, ont été interpellés samedi à Sarcelles où vit une importante communauté juive, au lendemain des faits, a précisé le parquet, confirmant une information du Parisien. Ils ont été présentés ce lundi à un juge des enfants qui n'a pas retenu la circonstance aggravante d'appartenance à la religion. Les deux adolescents ont été mis en examen ce lundi.

Ils ont reconnu avoir tiré depuis le balcon d'un immeuble situé en face de la synagogue, située rue Charles Péguy, a ajouté le parquet. Un homme qui se trouvait devant le lieu de culte a été légèrement blessé par un tir. Il souffrait d'une "blessure superficielle", a déclaré au Parisien le maire (PS) Patrick Haddad, en condamnant l'agression.

Ils ont été mis en examen pour violences volontaires avec arme et en réunion, et laissé libre dans l'attente du jugement.
 

"Pas une agression antisémite"

Moïse Kahloun, le président de la communauté juive de Sarcelles, a dénoncé une agression d'abord motivée par la bêtise, d'après le quotidien. "Ce n'est pas une agression antisémite. Ce sont des enfants qui auraient tiré sur n'importe qui". Il s'est dit d'abord préocuppé par la montée des insultes antisémites: "les personnes antisémites ne se cachent plus et le disent ouvertement", a-t-il regretté.

Cette agression a eu lieu alors que plusieurs actes antijuifs ont été recensés la semaine dernière: croix gammées barrant le visage de Simone Veil, arbre à la mémoire du jeune Ilan Halimi scié. Lors de "l'acte XIV" des gilets jaunes samedi dernier, le philosophe Alain Finkielkraut a essuyé de violentes injures antisémites à Paris.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers justice société