Paris – Les portraits profanés de Simone Veil ont été restaurés par le street artiste C215

L’artiste C215 a restauré les portraits de Simone Veil profanés dans la nuit de dimanche 10 à lundi 11 février. Il a repeint son hommage en présence du maire du XIIIe arrondissement, de la maire de Paris et d’un des fils de l'icône entrée au Panthéon il y a un an.
C215 a restauré ses portraits de Simone Veil devant la mairie du XIIIe arrondissement de Paris
C215 a restauré ses portraits de Simone Veil devant la mairie du XIIIe arrondissement de Paris © France 3 Paris Île-de-France / Marion David
L'œuvre a retrouvé sa dignité. Le street-artiste C215 a restauré ses portraits de Simone Veil sur deux boîtes aux lettres de la mairie du XIIIe arrondissement.

Elles ont été découvertes lundi 11 février recouvertes de croix gammées. L’artiste s’est dit "immensément attristé en pensant à la famille Veil, à la communauté juive, aux femmes aussi, dont Simone Veil a défendu les droits, et à l’amitié franco-allemande dont elle a été une fervente actrice." 

Il a affirmé avoir refusé qu’il soit effacé suite aux profanations : "Je vais le recommencer et s’il était détruit mille fois, je le recommencerai mille fois."

Le maire du XIIIe arrondissement, Jérôme Coumet, Anne Hidalgo et Pierre-François Veil étaient présents à ses côtés pour assister à la restauration de l'hommage. 

"Ne pas se laisser intimider" 

Christian Guémy, alias C215, est venu rétablir l’œuvre avec une volonté : celle de "défendre les valeurs de la République" et de "ne pas se laisser intimider".  

Il cite l’exemplarité, la laïcité, le vivre ensemble et la liberté d’expression, en précisant parler de celle "légale, contrairement à l’antisémitisme qui est illégal". Une vision que la maire de Paris, Anne Hidalgo, partage : "On ne laissera pas se banaliser cet antisémitisme mortifère".
© MAXPPP

Anne Hidalgo appelle les Parisiens à se soulever contre l'antisémitisme 

La maire de Paris en profite pour appeler les parisiens à un "soulèvement", contre les actes de cette nature qui "minent les valeurs de la République".

Selon elle, la mobilisation doit être citoyenne : "personne ne pourra plus dire : on ne savait pas."  

Un des fils de Simone Veil, Pierre-François Veil, présent pour la restauration de l’œuvre, s’est dit d’accord avec la maire, précisant que "les braves gens doivent se révolter contre cette violence". Selon lui, "on ne peut pas attaquer des icônes comme maman ou Ilhan Halimi" ainsi.

En signe d’engagement et en guise de réponse, Anne Hidalgo a annoncé que la mairie de Paris mettrait à disposition une vingtaine de murs à des artistes urbains, pour qu’ils "célèbrent la République"
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
antisémitisme société peinture culture art