Agriculteurs en colère : le blocage du marché de Rungis annoncé par la Coordination rurale du Lot-et-Garonne

Des agriculteurs du Lot-et-Garonne ont annoncé vouloir "monter à Paris" à partir de lundi dans le but de bloquer le marché d'intérêt national de Rungis, dans le Val-de-Marne. Du côté des Jeunes Agriculteurs, une action ciblant Paris la semaine prochaine est envisagée mais n'est "pas tranchée".

C’est l'un des points les plus actifs de la mobilisation agricole en France ces derniers jours : la Coordination rurale (CR) du Lot-et-Garonne annonce ce samedi que des agriculteurs vont "monter à Paris" à partir de lundi pour aller bloquer le marché d'intérêt national de Rungis, dans le Val-de-Marne.

"Nous avons décidé dès lundi matin de partir direction Paris en tracteurs pour rejoindre le mouvement. On a décidé de monter à Paris bloquer Rungis", a déclaré José Pérez, co-président de la CR 47.

"On part lundi à 9h d'Agen, on prend l'autoroute à Cahors, on monte à Paris en passant par Limoges et on récupère tous les gens qui veulent se joindre à nous", a-t-il ajouté.

"On a décidé ça un peu tout seuls, on a échangé avec la Haute-Vienne", a également indiqué José Pérez. "On ne peut pas rester comme ça. Sur Agen, on a tout fait, on ne peut pas faire plus. On ne veut pas faire les 'zadistes', c'est le moment de sortir. Ça n'avancera plus sur Agen, on ne peut pas rester là. On est déterminé, lundi, 9h, notre cortège partira d'Agen", a-t-il assuré.

Les Jeunes Agriculteurs envisagent une action sur Paris

De leur côté, les Jeunes Agriculteurs envisagent une action ciblant Paris la semaine prochaine. Mais la question n'est "pas tranchée", a déclaré à l'AFP le secrétaire général du syndicat, Pierrick Horel. "On va prendre le week-end pour reposer les esprits et les corps" et "pour recalibrer la mobilisation de la semaine prochaine", a déclaré à l'AFP le responsable du syndicat qui, associé à la FNSEA, représente la majorité de la profession.

Un administrateur national des JA, Maxime Buizard, avait un peu plus tôt annoncé sur BFMTV avoir "décidé de changer de méthode et d'organiser le blocus de Paris et de la petite couronne".

"Aujourd'hui pour Jeunes Agriculteurs et la FNSEA, on a besoin encore de calibrer ça et d'expertiser ça", temporise Pierrick Horel, alors que les deux organisations doivent réunir un bureau commun samedi soir.

"Évidemment la question de la capitale est sur la table; certainement pas celle du blocus de Rungis", a précisé le responsable syndical.