Municipales 2020 : à Arcueil, seule ville écolo d’Ile-de-France, EELV défend son fief

L'écologiste Christian Métairie n'a pas réussi à être réélu dès le 1er tour dans son fief d'Arcueil (Val-de-Marne). Seul candidat face à lui au second tour, Benoit Joseph Onambele soutenu par LREM et le MoDem a fait une alliance avec la droite et le candidat initialement soutenue par LFI.

© Wikipedia

C’est désormais la dernière ville écolo d’Ile-de-France. Le maire sortant EELV Christian Métairie a sans surprise choisi de faire de la transition écologique son axe principal de campagne. "C’est un vrai défi qu’il faudrait que toutes les communes soient capables de relever, et j’ai la faiblesse de penser qu’un maire écologiste est le plus apte à le faire", assure l’élu qui est arrivé en tête lors du premier tour du scrutin avec 45% des voix.  

Mettre de la nature dans l’urbain

Dans cette ville, très urbanisée comme une majorité des communes de la petite couronne. Les espaces verts représentent moins de 10% de la superficie. Pour le maire, la transition passe par le développement de ces espaces. "Au cours de ces six années, on a développé des jardins partagés, il n’y avait aucun jardin partagé à Arcueil, il y en a aujourd’hui 7 ou 8", se félicite-t-il.

Pour le maire, le besoin de construire est moins important aujourd’hui. "La question qui se posait il y a 20 ans était celle de trouver des solutions pour accueillir une population croissante de l’Ile-de-France. Aujourd’hui et ça s’est encore aggravé avec la crise du covid, la population croit moins que prévu", analyse-t-il, "Il y a besoin de plus de nature dans l’espace urbain". S’il est réélu, Christian Métairie souhaite construire une ferme urbaine. "Cela a une dimension pédagogique, les écoles pourront y aller et ça permet aussi de commencer à produire un peu d’alimentation, un peu plus qu’avec quelques jardins partagés dans la ville" , poursuit-il.

Benoit Joseph Onambele son opposant, qui a recueilli 29% des voix au premier tour, ne veut pas laisser au maire le monopole de la question de l’écologie. "On a un maire qui se dit écologiste mais qui dans la réalité de sa politique au quotidien ne l’est pas du tout! En ce qui concerne les cantines, on est conventionné dans un système industriel qui prépare 7 millions de repas pour une vingtaine de villes avec des produits ultra-transformés", dénonce-t-il.   

« Réinventer le centre-ville »

Le candidat qui a été pendant dix ans responsable local du parti socialiste et aujourd’hui soutenu par LREM souhaiterait "Réinventer le centre-ville".  "L’un de mes projets phare, c’est d’offrir une place publique à notre village, c’est-à-dire dans le centre historique d’Arcueil reconstruire un lien entre le conservatoire, l’ancienne mairie, le cinéma… rétablir cette place historique. Une ville qu’on n’anime pas, ce sont des familles qui ne viennent pas s’installer, des familles à revenus moyens ou supérieurs. Mais ce sont ces familles qui font la réussite de la mixité, qui permettent aux commerçants de vivre", plaide-t-il.

Front large contre le maire sortant

Le candidat espère bien rattraper son retard le 28 juin et renverser le maire dont la formation est au pouvoir depuis plus de deux décennies. Pour ce faire, Benoit Joseph Onambele a fusionné sa liste avec celle de droite menée par Clotilde Galhié-Louise (9%) mais a aussi fait alliance avec Karim Baouz (10% des voix), sans étiquette, mais soutenu par la France Insoumise. "Ça ne nous surprend pas, M. Baouz a passé tout le mandat précédent à être affilié au MoDem.", remarque Helène Peccolo, numéro deux sur la liste EELV. La France insoumise s’est désolidarisée de la décision de Karim Baouz et appelle à soutenir la candidature de Christian Métairie.

Reste à savoir ce que choisirons les électeurs de cette ancienne ville de la banlieue rouge qui n'a connu que des maires de gauche depuis la Libération. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter