Policiers agressés à Champigny-sur-Marne : onze personnes mises en examen

© France 3 Paris IDF
© France 3 Paris IDF

Onze personnes ont été mises en examen jeudi dans l'affaire des policiers agressés à Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, le soir du Nouvel an dernier.

Par France 3 Paris IDF/ET (avec AFP)

La scène filmée de l'agression d'une policière, rouée de coups au sol, le soir du Nouvel an, à Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, avait provoqué l'indignation. Onze personnes ont été mises en examen dans cette affaire.

Parmi les 11 personnes mises en examen, six sont soupçonnées d'avoir frappé la policière. Le parquet de Créteil a par ailleurs indiqué jeudi que seules trois des personnes mises en cause dans cette affaire avaient des antécédents judiciaires, la plupart de ces jeunes âgés de 16 à 20 ans ne se connaissant pas.

"Mis un pénalty"

Le soir du Nouvel an dernier, une gardienne de la paix et son supérieur, tous les deux policiers à Chennevières-sur-Marne, étaient arrivés sur les lieux d'une fête non autorisée, qui avait dégénéré, à Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne. Ils avaient tous les deux été pris à partie par un groupe d'individus.

Six personnes sont présumés avoir donné des coups à la policière. Ils ont été placés en détention provisoire. Parmi ces jeunes, l'un a nié sa participation. Mais selon des témoins, il aurait raconté dans le bus qui le ramenait de la soirée comment il avait "mis un pénalty" à la policière.

"Allumer le feu"

Un autre jeune se serait vanté, sur un site de rencontre, d'avoir participé à l'agression, rapporte l'AFP de source proche du dossier. Sur la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, un jeune homme de 18 ans a été aperçu à l'image, en train de chanter "Allumer le feu" de Johnny Hallyday, décédé début décembre. Le jeune homme a nié avoir frappé la policière.

L'un de ses amis, qui a tourné les images, a également été mis en examen. Il aurait envoyé cette vidéo à une jeune femme, qui aurait ensuite diffusé ces images violentes. Cette dernière a été mises en examen.

La policière agressée, qui souffre d'un "préjudice psychologique intense", selon la procureure de Créteil, n'a toujours pas repris le travail.

A lire aussi

Sur le même sujet

Son et lumière aux Invalides

Près de chez vous

Les + Lus