Résultats législatives 2024. Ces trois maires franciliens qui rentrent à l'Assemblée nationale

Jean-Didier Berger, Vincent Jeanbrun ou Sylvain Berrios : ces trois maires de droite ont été élus à l'Assemblée nationale. Ils devront quitter leur fauteuil de maire, mais resteront conseiller municipaux. Qui sont-ils ? Portraits.

Le maire de Clamart (Hauts-de-Seine) va faire son entrée à l'Assemblée nationale. Jean-Didier Berger, élu dans la 12e circonscription des Hauts-de-Seine et maire de Clamart depuis dix ans, est né en janvier 1980 à La Garenne-Colombes "d'un père salarié dans le bâtiment et d'une mère employée dans des entreprises de retraite", il n'a pas grandi dans une famille particulièrement politisée, et pourtant "c'est une vocation depuis tout petit".

Après un diplôme obtenu à Sciences Po Bordeaux, il devient suppléant du député Jean-Pierre Schosteck dans la 12e circonscription des Hauts-de-Seine en 2008, avant d'être élu au conseil régional d'Île-de-France deux ans plus tard, puis maire de Clamart sous la bannière d'une union de la droite en 2014.

Chargé du suivi de l'opinion dans l'équipe de campagne de Valérie Pécresse lors de l'élection présidentielle de 2022, l'élu fait de la sécurité son thème de prédilection depuis dix ans.

"Nous n'avions qu'un point d'avance à l'issue du premier tour, et là nous avons une large victoire", s'est-il félicité au micro de France 3 Paris Île-de-France.

Au premier tour, le maire de Clamart depuis dix ans, soutenu par la majorité présidentielle, avait devancé de 700 voix Lounes Adjroud, le candidat socialiste soutenu par le Nouveau Front populaire, dans une circonscription remportée haut la main en 2022 par Jean-Louis Bourlanges (Modem).

"On est dans un pays qui est particulièrement divisé, qui est fracturé. Je vais chercher à apporter un maximum d'efficacité. Si nos citoyens vont vers des partis qui représentent les extrêmes, c'est parce qu'ils en ont marre d'avoir des hommes et femmes politiques qui ne sont pas capables d'agir pour eux avec efficacité", a-t-il ajouté après sa victoire.

Élu plus jeune maire d'une ville de plus de 30 000 habitants

Membre de l'UMP depuis 2004, Vincent Jeanbrun avait fait passer à droite L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), une première sous la Ve République, en 2014. M. Jeanbrun, 40 ans aujourd'hui, était alors le plus jeune maire d'une ville de plus de 30 000 habitants.

Le maire (LR) de L'Haÿ-les-Roses dont le domicile avait été attaqué durant les émeutes de l'été 2023, a été élu dimanche dans la 7e circonscription du Val-de-Marne face à la députée LFI-NFP sortante Rachel Keke.

Vincent Jeanbrun a acquis une notoriété nationale à l'été 2023, alors que la France est secouée par les émeutes consécutives à la mort du jeune Nahel, tué par un tir de policier.

Son domicile est la cible d'une attaque à la voiture-bélier. Sa femme, présente, est blessée en prenant la fuite avec leurs deux jeunes enfants. Depuis, le porte-parole des Républicains s'est souvent exprimé au nom des maires, notamment pour critiquer les réponses gouvernementales après les émeutes.

Lors de la campagne du second tour, il s'est opposé avec véhémence à Rachel Keke, qui avait été élue dès le premier tour en 2022, tandis que M. Jeanbrun n'était arrivé que troisième, derrière la candidate macroniste Roxana Maracineanu, ancienne ministre des Sports.

Quelques jours avant son élection, à l'occasion d'un rassemblement un an après l'attaque de son domicile, il avait appelé ses partisans à la "mobilisation générale" pour "qu'aucune voix ne manque pour défendre la France (face) aux destructeurs, aux diviseurs, aux ingénieurs du chaos et à tous ceux qui veulent la faire tomber".

"On est très fier d'avoir fait gagner les valeurs de la République. C'est une victoire collective. Pour nous, c'est le symbole d'une grande victoire. On a tous été mobilisés sur les 5 villes de la circonscription", a-t-il indiqué à France 3 Paris Île-de-France.

Il espère "être force de proposition à l'Assemblée nationale". "Après les émeutes de l'été dernier, je mènerai un combat sur les enjeux de la politique de la Ville, du logement, de la sécurité, de l'éducation", a-t-il affirmé.

Après avoir échoué au Sénat, Sylvain Berrios élu député

Maire (LR) de Saint-Maur-des-Fossés, Sylvain Berrios (aussi investi par Horizons), l'a lui aussi emporté face à un candidat du Nouveau Front populaire dans la première circonscription du Val-de-Marne.

"Dans la situation que connaît la France, les forces républicaines ne doivent ni renoncer ni subir. Nous devons au contraire nous engager pour trouver un chemin nouveau et des solutions pour l’avenir de nos enfants. Ce soir, dans la première circonscription du Val-de-Marne, face aux extrêmes, nous avons démontré que ce chemin nouveau est possible", s'est-il félicité via communiqué.

Il l'emporte avec 48,75 % des voix alors qu'il était devancé au premier tour par Lyes Louffok, investi par LFI (bénéficiant du retrait du candidat Renaissance Frédéric Descrozaille), qui recueille, au second tour, 36,63 % des voix. La candidate RN Anne-Gaëlle Sabourin obtient 14,62 % des voix.

"Je n’irai pas à l’Assemblée nationale demain, mais je suis fier de pouvoir me réveiller dans un pays qui ne sera pas gouverné par l’extrême droite", a annoncé Lyes Louffok sur son compte X.

Sylvain Berrios a déjà été député, de 2012 à 2017. Il est maire de Saint-Maur-des-Fossés depuis avril 2014. En septembre 2023, il s'était présenté en 3e position sur une liste LR pour devenir sénateur, mais n'avait pas été élu.

Désormais élus à l'Assemblée nationale, ces trois députés ne pourront pas garder leur mandat de maire, en raison de la loi sur le cumul des mandats. Ils pourront, en revanche, rester conseillers municipaux, et garder, de près ou de loin, une influence sur les décisions de leur commune.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité